Concours

Présentation

  • : José Bové, l'homme Nature
  • José Bové, l'homme Nature
  • : Politique
  • : José Bové méritait bien un blog pour les combats qu'il mène. Contre les OGM. Contre la mondialisation.Pour un monde plus juste. Pour la Justice et l'Egalité. Quelqu'un qui ose dire tout haut ce que nos gouvernants cachent...
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

W3C

  • Flux RSS des articles

Images aléatoires

Recommander

José le Gaulois courageux

A l'homme de Vérité et de Courage...

J'ai mille raisons de créer un blog pour José Bové. La principale étant que je suis en accord total avec toutes les causes qu'il défend. Cela fait longtemps que j'avais l'idée de poser des pages sur le personnage mais si j'avais commencé par lui, il n'y aurait eu ni blog Ségolène, ni blog Villepin... c'est certain. Car il est bien évident que très peu d'êtres évoluant dans le milieu politisé possèdent sa sincérité, son charisme, son courage, sa franchise, sa simplicité et son coeur. Comme le dit si bien quelqu'une, José est un exemple à suivre... mais qui oserait en faire et en dire autant que lui ? Qui oserait clamer ces vérités qui ne sont pas toujours bonnes à entendre ? Qui oserait défier les lois au nom de la désobéissance civile parce que ceux qui nous gouvernent nous imposent toujours davantage de choses insupportables ?

 

Photo de Georges Bartoli

Au nom de la diplomatie, les politiques sont tous des hypocrites. José Bové ne possède pas cette tare. Il dit ce qu'il pense. Il fait ce qu'il dit. Il y a en lui un subtil mélange d'idéaliste et d'homme de conviction. Ce n'est pas l'ami du Mensonge. C'est l'Ami du Peuple et son porte-parole. Il a très bien compris comment fonctionne le monde... où veulent nous mener ceux qui en tirent les rênes. Il ne se pavane pas, lui, dans un bureau climatisé pour édicter des lois toujours plus répressives visant à restreindre les libertés. Il sait de quelle couleur sont peintes les injustices et la misère. Il s'y est promené en plein coeur. Ses déplacements en Palestine en sont l'exemple type. Quel homme politique a osé dénoncé comme il l'a fait ce qui se perpètre là-bas. Personne.

Et c'est parce qu'il possède toutes ces qualités qu'il ne sera jamais président de la République. Voilà un constat amer. Parce que nous vivons une époque où tout ce qui est vrai est jugé sans valeur et désavoué. Tous ceux qui se battent pour des justes causes sont mis à l'index. Marginalisés. Exclus. On fait d'eux des transgresseurs. La mentalité française est en pleine régression. Et pourtant... imaginez deux secondes qu'un homme comme José Bové soit au Pouvoir. Un homme qui se réclame du Peuple et qui vit comme lui...

Photo de Georges Bartoli

Il est bien évident qu'un homme de cette trempe n'a rien à voir avec les énarques qui dirigent mal la France et encore plus mal les Français... et qu'il y aurait forcément quelques frictions avec certains pays qui ne pensent qu'à nous soumettre tant par leur idéologie que par leur mauvais business. Sûr que José Bové penserait davantage au Peuple et à son bien-être qu'au profit des monopoles industriels étrangers... voilà où le bât blesse. Et voilà aussi pourquoi ses détracteurs l'accusent de jouer les stars médiatisés. Personnellement, je pense qu'il a raison de se servir de sa notoriété pour dénoncer ce que tous les élus taisent. Oui, il a raison car qui écoute les anonymes ? Les anonymes ne sont pas faits pour être écoutés. Ils font partie du troupeau de moutons réduits au silence. Or, José Bové est la voix qui continue de s'élever même quand on veut l'en empêcher... et peu de gens célèbres sont capables de ça.

Photo de Georges Bartoli

Vous trouverez sur ce blog de nombreux articles pour apprendre à mieux le connaître.

Un jeu amusant où vous prenez la place de José Bové... sauvez la planète...

Sur BBC NEWS, quelques articles en anglais sur José... 

 

 La chanson du groupe talentueux Bistek...

José


José
envoyé par bistek
 
 
Samedi 5 mai 6 05 /05 /Mai 20:50
Très très intéressant... une fois qu'on les a toutes vues, on a vite compris que la démocratie est vraiment en danger si Sarkozy devient président. Tout n'est que mensonge et manipulation.

 

Ce film est libre de droit. Nous vous invitons à en assurer la diffusion la plus large (le faire connaître, circuler, projeter, etc.). Il peut aussi être publié sur des sites internet. Nous vous demandons cependant une seule mention obligatoire :


« Pour soutenir cette action, qui en appelle de nouvelles, vous pouvez acheter le DVD du film Réfutations sur le site www.lautrecampagne.org ou par chèque (10 euros) à l’ordre de l’Autre association, 3 rue des Petites Ecuries, 75010 Paris. »

Seize militants et chercheurs, seize regards acérés sur le monde que nous prépare Nicolas Sarkozy. Ni haine, ni diabolisation, mais la réalité d'une droite décomplexée en passe d'accéder au pouvoir. Une déconstruction implacable de la rhétorique sarkozyste, à voir d'urgence... avant qu'il ne soit trop tard.

Un film de Thomas Lacoste avec la participation de Jeanne Balibar, Monique Chemillier-Gendreau, Anne Debrégeas, Eric Fassin, Hélène Franco, Susan George, Nacira Guénif-Souilamas, Thomas Heams, Michel Husson, Bruno Julliard, Christian Lehmann, Richard Moyon, Thomas Piketty, Emmanuel Terray, Louis-Georges Tin et Alain Trautmann.

Et le soutiens de Alterdoc, Bastamag.org, Charlie Hebdo, Confluences, Editions La découverte, Les Inrocks, L’humanité, Le Passant Ordinaire, Marianne, Politis, Mouvements, Regards, Témoignage chrétien, Vacarme.

 


 Réfutations 1


un film de Thomas Lacoste


 
 
 
 
Réfutations 2
 
 
 
Réfutations 3
 
Réfutations 4
 
Réfutations Chap 14 - Les institutions
 
 
 
Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : VIDEO
Ecrire un commentaire - Voir les 26 commentaires
Samedi 5 mai 6 05 /05 /Mai 19:08

Les inquiétantes contradictions de Monsieur Sarkozy

 


Le plateau des Glières (Haute-Savoie), est un lieu symbolique. C'est là que 400 résistants sont morts, les armes à la main, face à 12.000 soldats de l'armée hitlérienne.

"J'y reviendrai chaque année", a promis Nicolas Sarkozy, qui souhaite faire de ce lieu sa "Roche de Solutré". Ici, "on a résisté à mains nues contre l'envahisseur et contre des Français qui avaient trahi l'idée de la France", a souligné l'homme providentiel de la droite sans complexes. Le plateau des Glières a vocation à devenir, dans l'esprit de Sarkozy, le haut lieu de la célébration de "l'identité nationale"… et du nouveau ministère de l'Immigration…

La conjugaison entre l'immigration et l'identité nationale nous renvoie inévitablement vers une parenthèse bien sombre de l'histoire de France: celle de l'Etat français. La République avait été abattue et les nazis avaient installé le "Maréchal" à Vichy.

Célébrer la création du ministère de l'Identité nationale et de l'Immigration, sur un haut lieu de la Résistance contre les nazis… La démarche n'est-elle pas déplacée ?

La perversion, des symboles n'est-elle pas inquiétante?

A une trentaine de kilomètres au Sud-Est du plateau des Glières, nous sommes en Italie. Ici, on peut trouver aisément dans les librairies "Témoignage", de Nicolas Sarkozy. Dans son édition italienne, le livre du leader de la "droite républicaine" française est préfacé par Gianfranco Fini (voir notre article Sarkozy: Un homme si bien inspiré...). Il s'agit du leader des "post"-fascistes de la Péninsule. Malaise.

Finalement, sur le Web de l'UMP, dans la page consacrée au "chef", nous pouvons lire:
"Je suis né à Paris il y a 52 ans, d'une mère française et d'un père qui a choisi la France lorsque son pays, la Hongrie, a été envahi par la Russie communiste…"

Quand on sait que, à l'époque, l'Armée rouge a abattu le régime nazi des Croix Fléchées et sauvé les quelques dizaines de milliers de Juifs hongrois qui n'avaient pas encore été envoyés vers les camps de la mort, la référence sarkozyste laisse planer une bien étrange impression. Celle de la révision de l'Histoire.

Sources Amnistia net

Posté par Adriana Evangelizt

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : José et la droite
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Samedi 5 mai 6 05 /05 /Mai 18:53

Alors nous voyons défiler des messages du collectif Bové où certains veulent voter blanc. Votez donc blanc et après ne venez pas vous plaindre parce que c'est aussi un peu grâce à tous ceux-là que Sarkozy sera au pouvoir demain. Nous mêmes, nous ne sommes pas d'accord avec Royal sur nombre de sujets mais il nous semble qu'elle est quand même plus humaine que lui, non ? Quant à venir pinailler de sanctionner le PS, pauvre France ! C'est bien le moment. Toutes ces mesquineries commencent sérieusement à nous peser ! Et nous sommes polis !

 

Demain : Un choix de société


Par Didier Daeninckx

 

 

Demain, je voterai contre Nicolas Sarkozy, résolument, mais mon geste ne se résumera pas à faire barrage au candidat d'une droite apparemment décomplexée et rajeunie. Je ne m'exprimerai pas seulement contre un projet qui nous est présenté comme moderne et novateur par un bonimenteur rôdé aux techniques de la connivence médiatique, alors que sous le maquillage, sous le fard, il n'est pas si difficile d'apercevoir les rides des vieilles politiques libérales.

Je voterai également pour préserver l'avenir.

Je suis en effet persuadé que le choix qui nous est proposé est un choix de société.

Il suffit de revenir sur quelques déclarations, sur quelques attitudes du champion de la droite pour s'en convaincre.

Ainsi, lorsqu'il nous livre le fond de sa pensée en déclarant que la délinquance, que l'homosexualité, sont d'origine génétique… Quelque temps auparavant, le gouvernement auquel il appartenait avait tenté de faire passer l'idée d'un dépistage des "enfants à risque" et cela dès l'âge de trois ans. En avançant de pareils arguments, Nicolas Sarkozy s'inscrit dans un dispositif de pensée qui eut son apogée dans les années trente, sous la plume d'idéologues d'extrême droite, d'eugénistes, comme le docteur Alexis Carrel (voir notre article L'affaire Alexis Carrel, un Prix Nobel précurseur des chambres à gaz), auteur de "L'Homme cet inconnu". C'est cette conception qui est à la base de toute l'architecture sécuritaire de l'ex-ministre de l'Intérieur. En effet, à quoi bon insister sur les efforts de prévention, de police de proximité, d'îlotage, dès lors que l'on considère que les gènes ont pour l'essentiel tracé le parcours des individus !

Pas étonnant qu'il s'en prenne dans la foulée aux idées en mouvement de Mai 1968. Tout son dispositif de contrôle des individus, des populations, est déjà décortiqué et critiqué, son échec minutieusement expliqué, dans les travaux de Michel Foucault, comme "Surveiller, punir".

Pour faire illusion, Nicolas Sarkozy détourne l'attention au moyen du mensonge. Et on sait depuis quelques décennies que plus il est gros, plus il a de chance de passer.

Ainsi quand, confronté à l'explosion sociale des banlieues, il s'en sort par la pirouette habituelle: "J'ai tout contrôlé, et vous devez reconnaître que grâce à moi, il n'y a eu aucun mort à déplorer".

Et personne, en face, pour lui rappeler que c'est bien sa politique d'affrontement avec les populations des banlieues, la peur qu'elle inspire aussi bien chez les policiers que chez les jeunes qui est la cause de la mort de Zyed et Bouna (voir aussi notre article Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy, ministre des Libertés Policières).

Ségolène Royal a bien eu raison de parler d'immoralité politique, car Nicolas Sarkozy est l'exemple le plus achevé du politicien sans scrupule.

Quand il dit, la main sur le cœur, qu'il ne fait pas la cour aux électeurs du Front national, il espère que personne ne sait, de ce côté des Alpes, que l'édition italienne de son livre programme est préfacée par Gianfranco Fini, le leader du parti néo-fasciste transalpin (voir notre article Sarkozy: Un homme si bien inspiré...).

S'il attend patiemment le ralliement de Simone Veil, c'est pour, le lendemain, lui imposer la révélation d'un Ministère de l'Identité Nationale et de l'Immigration qu'on pourrait penser tailler sur mesure pour Marine Le Pen.

Quand il prétend que son objectif est de rendre tous les Français propriétaires, il s'arrange dans le même temps pour être le seul candidat à la présidentielle à ne pas avoir rendu public l'état exact de son patrimoine. Lui, le bâtisseur, le logeur dont le bilan sur la question du logement social, à Neuilly-sur-Seine, en fait un élu délinquant! (voir notre vidéo Sarkozy: L'île de la tentation).

Même chose quand il défend nos libertés, nous promet une "démocratie irréprochable". Se souvient-on de ce rédacteur en chef de Paris-Match éjecté pour cause de clichés pris à New York, licencié pour crime de lèse majesté? Se souvient-on de ce livre interdit de publication, de ces multiples pressions sur les directions de chaînes, de journaux tenus pourtant par ses amis et jamais assez déférents?

Le summum est atteint dans les clips télévisés du candidat Sarkozy qui ne s'y promène jamais sans un casque de chantier. Il fait, sur l'écran, ami-ami avec les prolétaires, quand son ordinaire est la fréquentation des caciques du CAC 40! Bouygues pour lui c'est Martin, Lagardère c'est Arnaud, Dassault c'est Sergio, jusqu'à Rothschild qui a droit à son Edmond.

Je les imagine pliés de rire quand ils évoquent les promesses sur le paiement majoré des heures supplémentaires. Ce que propose en effet Sarkozy est une mesure votée par la gauche et que les gouvernements Raffarin puis Villepin n'ont eu de cesse de retarder, de différer!

Et si l'on est attentif à l'actualité, on apprend que les champions toutes catégories des heures supplémentaires sont les ouvriers et cadres de Airbus Industrie. En remerciement, 10.000 licenciements, et une prime exceptionnelle de 4 euros au lieu des 1.500 de l'année précédente. Le seul à s'en sortir est l'ancien pilote de la boîte qui saute accroché à un parachute doré de plusieurs milliards d'anciens francs!

On pourrait continuer longtemps ainsi, évoquer par exemple, l'alignement en gestation sur le modèle revendiqué de Nicolas Sarkozy, Georges W. Bush auquel il est allé faire des courbettes en ouverture de campagne…

Je voudrais simplement terminer sur deux images récentes, deux rassemblements de multitudes humaines qui envoyaient des messages contradictoires, et qui soulignaient bien que deux manières de vivre en ce pays nous sont proposées.

Bercy tout d'abord, tout près du ministère des Finances, avec en vedettes américaines des gens qui avaient eu maille à partir avec le service public des impôts: je veux parler de Johnny Hallyday et de Doc Gynéco. Un vieillard valeureux, je pense à ses combats pour la Bosnie, pour la Tchétchénie, un vieillard valeureux les accompagnait, André Glucksmann, qui dut, quelques minutes plus tard entendre son champion cracher sur sa jeunesse, sur ses anciens amis en désignant Mai 68 comme la cause du malaise français. Glucksmann, quelle image, épaulé par Jean-Marie Bigard… Misère de la philosophie.

Quelques ralliés s'étaient fait excuser: un Eric Besson, un Tom Cruise, scientologue américain, un Séguéla, un Bernard Tapie en négociations lyonnaises, un Roger Hanin enfin qui me confirmait dans mon opinion qu'il vaut mieux s'offrir un Navarin d'agneau plutôt qu'un Navarro d'Hanin!

La foule rassemblée au stade Charlety, le lendemain, donnait une tout autre image de fraternité et de respect.

Demain, je voterai contre Nicolas Sarkozy, résolument, mais je voterai surtout pour préserver l'avenir en soutenant le pacte présidentiel de Ségolène Royal.

Sources Amnistia net

Posté par Adriana Evangelizt

 


 

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : José et les socialistes
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Dimanche 29 avril 7 29 /04 /Avr 13:47

Emmanuelli ouvre le PS aux antilibéraux

Par Paul QUINIO


Le député des Landes récuse la main tendue au parti centriste.


Confier une «mission d'étude sur la mondialisation et la souveraineté alimentaire» à José Bové, comme l'a annoncé vendredi Ségolène Royal, ne devrait pas suffire à calmer Henri Emmanuelli, premier éléphant à prendre officiellement ses distances avec la stratégie d'ouverture au centre de la candidate socialiste. Le député des Landes et représentant historique de l'aile gauche du PS a appelé vendredi à «la création d'un grand parti progressiste» avec «les antilibéraux», récusant implicitement toute alliance au centre. «Il n'y a pas de raison de perpétuer des clivages largement artificiels entre les antilibéraux et les réformistes de gauche», explique l'ancien président de l'Assemblée nationale dans un entretien au journal Sud Ouest de samedi. Mitterrandiste historique, le député des Landes s'inscrit ainsi dans la poursuite de la stratégie d'union de la gauche, définie lors du congrès de refondation du PS, en 1971 à Epinay-sur-Seine. Son entourage précisait vendredi soir qu'en aucun cas il n'était question pour l'ancien ministre du Budget de «quitter le PS». Mais au contraire de répondre au souhait de la candidate d'ouvrir les portes et les fenêtres du PS. «Ségolène Royal a raison de dire qu'il faut bouger», confie-t-il, en préconisant une ouverture... dans la direction opposée à celle choisie par la candidate. Henri Emmanuelli précise qu'il souhaite que la gauche parvienne à «battre Nicolas Sarkozy. [...] Et seule Ségolène Royal peut le faire». 
Alors que Laurent Fabius est resté silencieux, un autre député des Landes, Alain Vidalies, ex-poperéniste longtemps proche d'Emmanuelli et rallié au député de Seine-Maritime, a jeudi pris ses distances avec le dialogue engagé par Royal avec François Bayrou. S'il est à ses yeux «légitime de s'adresser aux électeurs» du patron de l'UDF, «la perspective d'un accord électoral entre l'UDF et le PS, l'hypothèse d'un gouvernement avec des ministres UDF supposent une révision de la ligne stratégique confirmée lors du dernier congrès». Lui aussi «partisan du rassemblement de la gauche», Alain Vidalies estimait qu' «une telle évolution radicale, de nature à changer l'identité même du PS, ne peut s'improviser entre les deux tours d'une élection présidentielle». 

Sources Libération

Posté par Adriana Evangelizt


Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : José et les socialistes
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Dimanche 29 avril 7 29 /04 /Avr 13:39

Royal confie à Bové une "mission d’étude"

 sur la "souveraineté alimentaire"

Ségolène Royal, candidate socialiste à la présidentielle, a annoncé vendredi avoir confié à l’altermondialiste José Bové, éliminé au premier tour, une "mission d’étude" sur "la mondialisation et la souveraineté alimentaire"

Ségolène Royal confie une mission à José Bové sur "la mondialisation et la souveraineté alimentaire", a annoncé le service de presse de la candidate socialiste dans un communiqué.

"Cette question est essentielle pour assurer l’égal accès à une alimentation de qualité à l’ensemble de la population de notre planète, sans la faire dépendre d’intérêts économiques, financiers ou politiques", précise le communiqué. "Elle s’inscrit dans le cadre des propositions du Pacte présidentiel destinées à maîtriser la mondialisation et à la mettre au service des hommes".

Le candidat altermondialiste José Bové, ancien porte-parole de la Confédération paysanne, a obtenu 483.008 voix, soit 1,32% des suffrages, dimanche dernier lors du premier tour de la présidentielle.

http://tempsreel.nouvelobs.com/depe...

Sources Bellaciao

Posté par Adriana Evangelizt

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : José et les socialistes
Ecrire un commentaire - Voir les 18 commentaires

Texte libre

 

 

 Votez pour José sur France Politique

 

Il y a  2  personne(s) sur ce blog

 

Votez pour mon blog, merci !

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus