Les OGM contre-attaquent

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Maintenant, ON va nous faire croire qu'il y a plus de cultivateurs qui demandent de culture d'OGM que ceux qui sont contre. Ils sont très forts pour nous faire avaler des pilules de force quand on ne veut pas les prendre librement. On vit dans un monde d'esbrouffe où ceux qui gouvernent les Peuples n'ont absolument rien à faire de leur avis. Les Peuples sont obligés de subir, c'est ça la démocratie !

Les OGM contre-attaquent


 par Emmanuelle Gaziello

"le Patriote"



Selon les associations environnementales regroupées dans l'« Alliance pour la planète », le gouvernement français se prépare à imposer la loi OGM visant à transposer la directive 2001-18, par décrets. Ces derniers seraient encore plus laxistes et favorables aux OGM que la loi votée par le Sénat en mars 2006 : irresponsabilité civile et financière totale des semenciers en cas de dissémination, et info minimale des populations. Lorsqu'on examine le bilan des cultures OGM dans le monde, on se pose la question : et si l'Europe était la dernière bouée de sauvetage pour une filière OGM économiquement en difficulté ?


Des associations très inquiètes


Devant cette menace, les associations ont jugé nécessaire d'envoyer un courrier, mardi 13 février, aux ministres de l'écologie, de l'agriculture et de la recherche pour réclamer un moratoire immédiat sur les cultures avant les semis d'avril. Elles redoutent que, sous la pression de Bruxelles et du « lobby des biotechnologies », le gouvernement, qui ne pourra pas, d'ici la fin de la session parlementaire, faire adopter la loi de transposition de la directive européenne sur les conditions de culture des OGM, ne procède par décrets. Une inquiétude confirmée, mercredi par le ministre de la recherche, François Goulard. « Sud-Ouest », publiait dans son édition Béarn du 7 février un article sur l'offensive OGM d'Euralis, coopérative Paloise : la demande serait si forte de la part de certains agriculteurs que cette année, on pourrait avoir 50.000 hectares cultivés en OGM, au lieu des 80 actuels ! Selon « Les échos »du 18 février(1), Euralis s'apprête à se greffer sur le maïs OGM pour « trouver de gros débouchés supplémentaires avec l'essor du bioéthanol. Avant l'été, l'usine de Lacq, montée par l'espagnol Abengoa et qui implique Euralis, devrait produire ses premiers litres. (.) Il y a une explosion de la demande de nos agriculteurs et des autres », assure son président, Christian Pèes. « On se doit de l'accompagner. »

Les surfaces de maïs OGM pourraient ainsi passer en Aquitaine de 80 à 3.000 puis à 7.000 hectares.

Selon Libération (2) du 10 Février, le président d'Euralis se sent un tantinet débordé, pris entre ses coopérateurs pro-OGM et le marché du maïs qui y est largement opposé. Euralis serait prêt à faire le saut, «  mais dans le respect le plus strict de la réglementation ». Ce qui ne va pas de soi : la directive de Bruxelles qui autorise l'OGM BT pour la consommation animale n'est toujours pas transcrite dans le droit français.

La filière OGM en difficulté dans le monde


Lorsqu'on examine le bilan des cultures OGM dans le monde, on se rend compte que la filière OGM y est probablement en difficulté.

Le Brésil et le Paraguay ont connu des aléas climatiques qui ont fait beaucoup souffrir le soja OGM. En effet, ce soja résiste beaucoup moins bien à la sécheresse que les variétés traditionnelles et les pertes pour les agriculteurs ont été très importantes, de 60 à 90% dans certaines zones du Paraguay. Monsanto a dû réduire ses droits sur les plantes GM dans ces deux pays.

En Afrique du Sud, des milliers de petits paysans se sont endettés pour acheter des semences GM. Lorsque les rendements ne furent pas au rendez-vous, les petits producteurs furent ruinés. Le gouvernement sud-africain, un des plus favorables aux OGM, a mis en place un moratoire sur le coton GM pour analyser la situation.

En Inde, les gouvernements de 7 états cotonniers intentent, depuis 2006, un procès contre Monsanto, l'accusant de réclamer des redevances excessives sur son coton BT. Les faibles rendements de ce coton qui ont poussé des petits paysans à la ruine et au suicide, ne sont certainement pas étrangers à cette démarche.

En Indonésie, le coton BT a été un échec lamentable et Monsanto a abandonné la commercialisation dans ce pays. Autant de pays où l'argent ne rentre plus comme prévu.

Aux Etats-Unis, l'apparition de nombreuses herbes résistantes aux RoundUp provoque une augmentation des coûts et même le Ministère de l'Agriculture vient de reconnaître que « l'adoption du maïs BT avait eu une incidence négative sur les recettes des exploitations spécialisées dans le maïs ». Ce même ministère écrivait toujours dans son rapport d'avril 2006 : « Les produits GM disponibles à l'heure actuelle ne dépassent pas le potentiel de rendement d'une variété hybride ».

L'intérêt général

Lorsqu'on examine le bilan des cultures OGM dans le monde, on se rend compte queLe Brésil et le Paraguay ont connu des aléas climatiques qui ont fait beaucoup souffrir le soja OGM. En effet, et les pertes pour les agriculteurs ont été très importantes, de 60 à 90% dans certaines zones du Paraguay. Monsanto a dû réduire ses droits sur les plantes GM dans ces deux pays.En Afrique du Sud, Lorsque les rendements ne furent pas au rendez-vous, Le gouvernement sud-africain, un des plus favorables aux OGM, a mis en place un moratoire sur le coton GM pour analyser la situation.En , les gouvernements de 7 états cotonniers intentent, depuis 2006, sur son coton BT. Les faibles rendements de ce coton qui ont , ne sont certainement pas étrangers à cette démarche.En , le coton BT a été et Monsanto a abandonné la commercialisation dans ce pays. Autant de pays où l'argent ne rentre plus comme prévu.Aux, l'apparition de nombreuses herbes résistantes aux RoundUp provoque une augmentation des coûts et même le Ministère de l'Agriculture vient de reconnaître que Ce même ministère écrivait toujours dans son rapport d'avril 2006 : « Les produits GM disponibles à l'heure actuelle ne dépassent pas le potentiel de rendement d'une variété hybride ».


On comprend donc toute l'importance de l'ouverture du marché en Europe ! Favoriser les OGM, c'est favoriser les intérêts d'une minorité contre l'intérêt général. En Allemagne, sous la Ministre de l'Agriculture Verte, 150.000 emplois ont étés crées pour l'agriculture biologique (à comparer aux milliers d'emplois que perd chaque année, le «  modèle » agricole français). Celle-ci serait, en France rapidement condamnée par l'introduction massive d'OGM car la contamination est inévitable. La vraie innovation pour l'agriculture française qui depuis des décennies perd des dizaines de milliers d'emplois, ce serait d'enfin en créer ; certainement pas en introduisant des maïs OGM, sous couvert, comme le dit le Président d'Euralis, dans son livre : «  L'Arme alimentaire, les clés de l'indépendance », de pallier aux problèmes alimentaires de la planète ! Tout le monde sait qu'aujourd'hui, 80% des OGM produits dans le monde servent à alimenter les.animaux d'élevage des pays riches !


P.-S.
(1) voir sur http://www.lesechos.fr/info/regions/4537449.htm (2) voir sur http://www.liberation.fr/actualite/economie/234334.FR.php


http://www.le-patriote.info/spip.php?article367

Sources Terre Sacrée

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article