Quatre candidats contre l'EPR

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Quatre candidats contre l'EPR


Dominique Voynet, Olivier Besancenot, José Bové et Corinne Lepage étaient réunis jeudi lors d'une conférence de presse pour dénoncer le projet de réacteur nucléaire.


Dominique Voynet, Olivier Besancenot, José Bové et Corinne Lepage ont oublié jeudi 1er mars le temps d'une conférence de presse leurs rivalités de candidats pour dénoncer côte à côte le projet de réacteur nucléaire EPR qui doit se construire prochainement à Flamanville (Manche).
Réunis sur une péniche pour une conférence de presse les candidats ont appuyé les revendications du Réseau Sortir du Nucléaire, accompagné de nombreuses associations écologistes comme France Nature Environnement, Greenpeace, Les Amis de la Terre, ou même ATTAC. Ceux-ci ont dénoncé la volonté du gouvernement de "boucler les dossiers juridiques" de la construction du réacteur à eau pressurisée de troisième génération avant les élections et son "inutilité énergétique".

Le plus dangereux au monde

Selon une étude aux résultats "très inquiétants", commandée par Greenpeace à un expert britannique, l'EPR de Flamanville serait "le plus dangereux au monde", des scénarios d'accidents ayant été volontairement "négligés" par EDF.
José Bové a affirmé son opposition à un EPR "inutile et dangereux", prôné un démantèlement du nucléaire militaire et civil, et a même appelé à ce que les militants aillent, pour s'opposer à l'EPR, jusqu'à démonter les pylônes des lignes à haute tension.
Olivier Besancenot, candidat LCR, a dénoncé "les dangers et les mensonges" entretenus par les autorités, notamment concernant la "supposée indépendance énergétique de la France" grâce au nucléaire. "Nous importons l'uranium", a-t-il souligné, avant de proposer un "service énergétique 100% public" qui créerait des emplois grâce aux énergies renouvelables.

Cap 21 fait bande à part

Reconnaissant ne "pas partager" toutes les idées des autres candidats, la candidate de Cap 21, Corinne Lepage, a dénoncé pour sa part le "déni démocratique" dans l'enquête publique menée à l'été 2006 et redouté l'appropriation de l'activité nucléaire par de grands groupes privés.
Dominique Voynet (Verts) s'est insurgée contre le fait que l'EPR ait été "vendu aux décideurs comme une centrale nouvelle génération" alors que c'est, selon elle, une technologie depuis longtemps "dépassée". Elle s'est interrogée si "les petits candidats" n'étaient pas ceux qui n'ont pas compris qu'ils étaient les otages" des lobbies pro-nucléaires.
Les candidats ont prévu de participer aux manifestations organisées à Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, Toulouse, le 17 mars prochain, à l'initiative du réseau Sortir du Nucléaire. Ce dernier a édité 600.000 cartes postales à envoyer aux autres candidats pour leur "demander l'abandon du projet".

Sources Le Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans NUCLEAIRE

Commenter cet article

turbotrainslover 19/04/2009 00:32

Bonsoir les amis du CO2 et des pétroliersJe préfére le nucléaire à ces maudites centrales au charbon couplées auxéoliennes.Grace aux nucléaires francais on rejette dix fois moins de C02 qu'au Danemark pour produire le même kilowatteur. Arrettons de mentir sur le nucléaire, mieux vaut des déchets à 3500 mètres sous terre que votre C02 en direct dans notre atmosphère.certains de vos combats sont symphatiques mais celui là vas à l'en contre de vos idées environementales. Liberez vous de la dictature idéologique des antinucléaires!CordialementPhilippe

iconu 15/10/2008 16:01

sans nucléaire comment on aura de l'éléctricité en masse sans polluer

Poujade 26/03/2007 23:31

Bon genial
Il faut  construire  + de 2500 des elolienes au Lazarc. Surtout pas dans mon espace.
Pour les militants de Bove , on arrete le confort , plus de cette maudite fée électrècité  produite avec le nuclaire,  éclairage, la bougie, fini les pc,les blogs, la polution.Retour au cheval de labour, on va enfin sauvé le Percheron. Fini les voyages en jet, un dirigeable suffit,
Geenpaeace des malfaiteurs a la solde de POUTINE!
Les sous marins  atomique pourissent en mer du nord, mais que fait donc Greenpeace?