Concours

Présentation

  • : José Bové, l'homme Nature
  • José Bové, l'homme Nature
  • : Politique
  • : José Bové méritait bien un blog pour les combats qu'il mène. Contre les OGM. Contre la mondialisation.Pour un monde plus juste. Pour la Justice et l'Egalité. Quelqu'un qui ose dire tout haut ce que nos gouvernants cachent...
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

W3C

  • Flux RSS des articles

Images aléatoires

Recommander

Elevage industriel

Jeudi 24 août 4 24 /08 /Août 08:57

La seule question que l'on se pose, c'est qu'ont ils donné à bouffer à ces pauvres bestiaux ? Pour noyer le poisson dans l'eau, ils vont nous faire croire que cela vient des moustiques. La façon dont sont traités les animaux est une honte. Et les éleveurs mériteraient certainement davantage d'aller en taule que José Bové. Ca, c'est une certitude. Mieux, nous leur donnerions à manger ce qu'ils donnent aux moutons, juste pour voir leur tronche et si leur langue vire au bleu. Ces sinistres individus sont innommables.

11 élevages néerlandais touchés par la maladie de la langue bleue

 

Onze élevages du sud-est des Pays-Bas sont susceptibles d'être touchés par la fièvre catarrhale du mouton, dite maladie de la langue bleue, a annoncé ce vendredi le ministère de l'Agriculture.

"Onze entreprises suspectes (toutes dans le Limbourg-méridional, ndlr) sont examinées en ce moment", a déclaré Marjet Heins, une porte-parole du ministère. "Aussi longtemps que nous n'en savons pas plus, les exportations de tous les ruminants (bovins, ovins et caprins) et des produits vivants dérivés (embryons, sperme, cellules) hors des Pays-Bas reste gelée", a-t-elle ajouté.

Hier soir, les autorités avaient annoncé le gel des exportations hors Pays-Bas de tous les ruminants, après avoir diagnostiqué la maladie chez deux moutons dans un élevage de Kerkrade. Une zone de sécurité de 150 km autour de l'élevage a été décrétée, comme le prescrivent les directives européennes. Dans un rayon de 20 km, l'usage d'insecticides a été ordonné afin de tuer les moustiques, qui sont les vecteurs possibles de la contamination.

Le gel des exportations, pour l'ensemble du pays, ou limité à certaines régions, pourrait durer plusieurs semaines, selon le ministère. C'est la première fois que la maladie de la langue bleue est diagnostiquée dans le nord de l'Europe.

Sources : 7 sur 7

Posté par Adriana Evangelizt

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : Elevage industriel
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 31 mars 5 31 /03 /Mars 17:26

Nous vivons dans un monde où il n'y a plus aucun respect pour la vie animale. Quand on lit l'article ci-dessous, on a tout compris. J'ai d'ailleurs posé un article sur un autre de mes blogs qui s'intitule "L'oubli animal"   qui explique encore mieux le problème. Quand on voit ce que subissent ces pauvres bêtes qui n'en sont réduites qu'à être un objet de marchandage pour finir dans l'assiette, je suis dégoutée. Et je deviens de plus en plus végétarienne...

Elevage de poulets : surpopulation et sélection génétique montrées du doigt

par Cécile Fargue

La PMAF (protection mondiale des animaux de ferme) dénonce les conditions d’élevage intensif des poulets élevés pour leur chair, le bien-être animal étant le parent pauvre de cet élevage à grande échelle.

En France, chaque année, plus de 700 millions de poulets sont tués dans les abattoirs pour la consommation de leur chair. Des dizaines de millions meurent avant d’avoir atteint l’âge d’abattage, de maladie ou de défaillance cardiaque.


Cette mortalité s'explique en grande partie de part la sélection génétique qui a privilégié les races à croissance rapide. Les poulets de chair industriels atteignent aujourd'hui leur poids d’abattage deux fois plus vite qu’il y a 30 ans, et entre 1925 et 1998, la durée de production d'un poulet de 1 500 g est passée de 120 à 33 jours ! Cet accroissement de la vitesse de croissance a favorisé le symptôme dit de 'mort subite'. Le cœur ne pouvant suivre le développement trop rapide du corps, tous les ans, des millions de poulets succombent des suites de faiblesses cardiaques avant même d’atteindre leur âge d’abattage de 6 semaines.


Cette croissance rapide entraîne également l'apparition de plusieurs pathologies de l'appareil locomoteur. Les pattes ne suivant pas la même évolution que celle du corps, elles fléchissent sous le poids, ce qui engendre des déformations de ces dernières ou des paralysies. Dans le pire des cas, les poulets peuvent à peine marcher et ne se déplacent qu’en rampant. Certains meurent de faim et de déshydratation car ils n’arrivent tout simplement pas à se rendre aux points d’eau et de ravitaillement.


L'INRA (Institut National de Recherche Agronomique), qui est à l’origine de la souche de poulets à croissance rapide, reconnaît lui-même ces problèmes majeurs et préconise une augmentation forcée de l'activité physique des poulets (1).

Outre la sélection génétique, la surpopulation provoque également de sérieux problèmes de bien-être. Dans bon nombre d’élevages industriels, on ne compte pas moins de 22 poulets, ou plus, par m2. Faute de place, ils passent quasiment tout leur temps assis sur une litière à même le sol. Ce contact prolongé, sur des litières souvent humide, provoque des ampoules, des brûlures ou encore des ulcères. Non seulement ces blessures sont douloureuses mais elles peuvent causer également une infection généralisée (par le biais de la circulation sanguine), provoquant une inflammation des articulations.

En France, et plus largement en Europe, il n’existe actuellement aucune législation spécifique à l’élevage des poulets de chair. Pourtant cet élevage est un secteur agricole important, avec l'abattage de plus de 4 milliards de poulets chaque année au niveau européen, soit un nombre supérieur au cumul de tous les autres élevages.


Pour répondre à ce vide juridique, une directive de la Commission européenne est actuellement en discussion entre les états membres. Bien qu'étant un premier pas en faveur de la prise en compte du bien-être animal, cette directive ne tend ni à régler véritablement la question de la surpopulation (elle autorise jusqu'à une vingtaine de poulets par m2) ni à résoudre les problèmes liés à l'utilisation des souches de poulets à croissance rapide (la question n'y étant pas évoquée).

(1) L'activité physique (obligation de franchir des obstacles journalièrement, utilisation de perchoirs, etc.) améliorerait la qualité des os et diminuerait l'apparition des problèmes locomoteurs.

Sources : Univers Nature

Posté par Adriana Evangelizt

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : Elevage industriel
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Texte libre

 

 

 Votez pour José sur France Politique

 

Il y a  2  personne(s) sur ce blog

 

Votez pour mon blog, merci !

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus