Concours

Présentation

  • : José Bové, l'homme Nature
  • José Bové, l'homme Nature
  • : Politique
  • : José Bové méritait bien un blog pour les combats qu'il mène. Contre les OGM. Contre la mondialisation.Pour un monde plus juste. Pour la Justice et l'Egalité. Quelqu'un qui ose dire tout haut ce que nos gouvernants cachent...
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

W3C

  • Flux RSS des articles

Images aléatoires

Recommander

OGM DANGER POUR LA SANTE

Jeudi 1 mars 4 01 /03 /Mars 19:49

Maintenant, ON va nous faire croire qu'il y a plus de cultivateurs qui demandent de culture d'OGM que ceux qui sont contre. Ils sont très forts pour nous faire avaler des pilules de force quand on ne veut pas les prendre librement. On vit dans un monde d'esbrouffe où ceux qui gouvernent les Peuples n'ont absolument rien à faire de leur avis. Les Peuples sont obligés de subir, c'est ça la démocratie !

Les OGM contre-attaquent


 par Emmanuelle Gaziello

"le Patriote"



Selon les associations environnementales regroupées dans l'« Alliance pour la planète », le gouvernement français se prépare à imposer la loi OGM visant à transposer la directive 2001-18, par décrets. Ces derniers seraient encore plus laxistes et favorables aux OGM que la loi votée par le Sénat en mars 2006 : irresponsabilité civile et financière totale des semenciers en cas de dissémination, et info minimale des populations. Lorsqu'on examine le bilan des cultures OGM dans le monde, on se pose la question : et si l'Europe était la dernière bouée de sauvetage pour une filière OGM économiquement en difficulté ?


Des associations très inquiètes


Devant cette menace, les associations ont jugé nécessaire d'envoyer un courrier, mardi 13 février, aux ministres de l'écologie, de l'agriculture et de la recherche pour réclamer un moratoire immédiat sur les cultures avant les semis d'avril. Elles redoutent que, sous la pression de Bruxelles et du « lobby des biotechnologies », le gouvernement, qui ne pourra pas, d'ici la fin de la session parlementaire, faire adopter la loi de transposition de la directive européenne sur les conditions de culture des OGM, ne procède par décrets. Une inquiétude confirmée, mercredi par le ministre de la recherche, François Goulard. « Sud-Ouest », publiait dans son édition Béarn du 7 février un article sur l'offensive OGM d'Euralis, coopérative Paloise : la demande serait si forte de la part de certains agriculteurs que cette année, on pourrait avoir 50.000 hectares cultivés en OGM, au lieu des 80 actuels ! Selon « Les échos »du 18 février(1), Euralis s'apprête à se greffer sur le maïs OGM pour « trouver de gros débouchés supplémentaires avec l'essor du bioéthanol. Avant l'été, l'usine de Lacq, montée par l'espagnol Abengoa et qui implique Euralis, devrait produire ses premiers litres. (.) Il y a une explosion de la demande de nos agriculteurs et des autres », assure son président, Christian Pèes. « On se doit de l'accompagner. »

Les surfaces de maïs OGM pourraient ainsi passer en Aquitaine de 80 à 3.000 puis à 7.000 hectares.

Selon Libération (2) du 10 Février, le président d'Euralis se sent un tantinet débordé, pris entre ses coopérateurs pro-OGM et le marché du maïs qui y est largement opposé. Euralis serait prêt à faire le saut, «  mais dans le respect le plus strict de la réglementation ». Ce qui ne va pas de soi : la directive de Bruxelles qui autorise l'OGM BT pour la consommation animale n'est toujours pas transcrite dans le droit français.

La filière OGM en difficulté dans le monde


Lorsqu'on examine le bilan des cultures OGM dans le monde, on se rend compte que la filière OGM y est probablement en difficulté.

Le Brésil et le Paraguay ont connu des aléas climatiques qui ont fait beaucoup souffrir le soja OGM. En effet, ce soja résiste beaucoup moins bien à la sécheresse que les variétés traditionnelles et les pertes pour les agriculteurs ont été très importantes, de 60 à 90% dans certaines zones du Paraguay. Monsanto a dû réduire ses droits sur les plantes GM dans ces deux pays.

En Afrique du Sud, des milliers de petits paysans se sont endettés pour acheter des semences GM. Lorsque les rendements ne furent pas au rendez-vous, les petits producteurs furent ruinés. Le gouvernement sud-africain, un des plus favorables aux OGM, a mis en place un moratoire sur le coton GM pour analyser la situation.

En Inde, les gouvernements de 7 états cotonniers intentent, depuis 2006, un procès contre Monsanto, l'accusant de réclamer des redevances excessives sur son coton BT. Les faibles rendements de ce coton qui ont poussé des petits paysans à la ruine et au suicide, ne sont certainement pas étrangers à cette démarche.

En Indonésie, le coton BT a été un échec lamentable et Monsanto a abandonné la commercialisation dans ce pays. Autant de pays où l'argent ne rentre plus comme prévu.

Aux Etats-Unis, l'apparition de nombreuses herbes résistantes aux RoundUp provoque une augmentation des coûts et même le Ministère de l'Agriculture vient de reconnaître que « l'adoption du maïs BT avait eu une incidence négative sur les recettes des exploitations spécialisées dans le maïs ». Ce même ministère écrivait toujours dans son rapport d'avril 2006 : « Les produits GM disponibles à l'heure actuelle ne dépassent pas le potentiel de rendement d'une variété hybride ».

L'intérêt général

Lorsqu'on examine le bilan des cultures OGM dans le monde, on se rend compte queLe Brésil et le Paraguay ont connu des aléas climatiques qui ont fait beaucoup souffrir le soja OGM. En effet, et les pertes pour les agriculteurs ont été très importantes, de 60 à 90% dans certaines zones du Paraguay. Monsanto a dû réduire ses droits sur les plantes GM dans ces deux pays.En Afrique du Sud, Lorsque les rendements ne furent pas au rendez-vous, Le gouvernement sud-africain, un des plus favorables aux OGM, a mis en place un moratoire sur le coton GM pour analyser la situation.En , les gouvernements de 7 états cotonniers intentent, depuis 2006, sur son coton BT. Les faibles rendements de ce coton qui ont , ne sont certainement pas étrangers à cette démarche.En , le coton BT a été et Monsanto a abandonné la commercialisation dans ce pays. Autant de pays où l'argent ne rentre plus comme prévu.Aux, l'apparition de nombreuses herbes résistantes aux RoundUp provoque une augmentation des coûts et même le Ministère de l'Agriculture vient de reconnaître que Ce même ministère écrivait toujours dans son rapport d'avril 2006 : « Les produits GM disponibles à l'heure actuelle ne dépassent pas le potentiel de rendement d'une variété hybride ».


On comprend donc toute l'importance de l'ouverture du marché en Europe ! Favoriser les OGM, c'est favoriser les intérêts d'une minorité contre l'intérêt général. En Allemagne, sous la Ministre de l'Agriculture Verte, 150.000 emplois ont étés crées pour l'agriculture biologique (à comparer aux milliers d'emplois que perd chaque année, le «  modèle » agricole français). Celle-ci serait, en France rapidement condamnée par l'introduction massive d'OGM car la contamination est inévitable. La vraie innovation pour l'agriculture française qui depuis des décennies perd des dizaines de milliers d'emplois, ce serait d'enfin en créer ; certainement pas en introduisant des maïs OGM, sous couvert, comme le dit le Président d'Euralis, dans son livre : «  L'Arme alimentaire, les clés de l'indépendance », de pallier aux problèmes alimentaires de la planète ! Tout le monde sait qu'aujourd'hui, 80% des OGM produits dans le monde servent à alimenter les.animaux d'élevage des pays riches !


P.-S.
(1) voir sur http://www.lesechos.fr/info/regions/4537449.htm (2) voir sur http://www.liberation.fr/actualite/economie/234334.FR.php


http://www.le-patriote.info/spip.php?article367

Sources Terre Sacrée

Posté par Adriana Evangelizt

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : OGM DANGER POUR LA SANTE
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 19 janvier 5 19 /01 /Jan 11:29

En corrélation avec l'article posé ICI... sous la vidéo...

Les OGM dans le monde : 10 ans de pression de l’industrie des biotechnologies, 10 ans de résistance des citoyens



France - Le 18/01/07 - Comme chaque année, l’International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications (Isaaa) publie un panorama des cultures d’OGM à travers le monde. Cette agence de lobby, fondée et financée par l’industrie des biotechnologies, est le seul organisme à établir des données sur les cultures d’OGM dans le monde. L’Isaaa utilise les chiffres fournis par les semenciers - donc difficiles à vérifier - et dépeint une situation toujours plus florissante : croissances des surfaces OGM à deux chiffres, augmentation du nombre de pays qui se lancent dans les cultures transgéniques, etc.

« Sans surprise, le rapport 2006 dépeint la même dynamique joyeuse de croissance des OGM, commente Arnaud Apoteker, responsable de la campagne OGM de Greenpeace France. La France est citée en exemple car les surfaces de maïs transgénique y ont décuplé, passant de 500 à 5000 ha. Bien sûr, nul part il n’est précisé que cela représente moins de 0,2 % de la sole française de maïs. » Même « manque de détails » à l’échelle mondiale. « La superficie globale des cultures d’OGM a passé la barre des 100 millions d’hectares ? Soit, mais elle ne représente qu’environ 5 % des surfaces cultivés dans le monde, relativise Arnaud Apoteker. De même, les 10 millions d’agriculteurs OGM ne pèsent pas grand chose par rapport au milliard et demi de paysans répartis sur la planète. »

Pour Greenpeace, l’année 2006 n’a pas été aussi rose pour les OGM que l’industrie des biotechnologies voudrait le faire croire. Quelques éléments :

* La révélation, à l’automne, de la contamination des exportations de riz américain par un riz OGM de la compagnie Bayer et autorisé nulle part dans le monde a provoqué de vives réactions des producteurs, et négociants de riz et gouvernements. Un peu partout, les achats de riz américain ont été réduits, voire stoppés. Les consommateurs ont été fortement ébranlés en apprenant qu’un produit non autorisé était vendu dans leurs magasins. La preuve avec un sondage CSA/Greenpeace qui a montré mi septembre que 86 % des Français réclament une interdiction, définitive ou temporaire, des OGM. « L’augmentation des surfaces de maïs transgénique dans l’Hexagone se fait donc dans le plus parfait mépris d’une écrasante majorité de l’opinion », note Arnaud Apoteker.

* En février, la Roumanie, qui cultivait du soja transgénique de Monsanto depuis huit ans, fait marche arrière et en interdit la culture afin d’entrer dans l’UE. Une première fois dans l’histoire des OGM.

* Même dans des régions où fleurissent les OGM, la résistance continue, malgré les pressions considérables. La Commission d’évaluation des OGM brésilienne n’a toujours pas autorisé le maïs OGM de Bayer. Même rejet du riz transgénique de la part de la Commission chinoise. Et en Inde, la Cour suprême a exigé un moratoire sur tous les essais en plein champ de plantes transgéniques.

« Loin du triomphe affiché par l’industrie des biotechnologies, 2006 montre que les OGM ne s’imposent dans le monde que contre la volonté des consommateurs et de la majorité des agriculteurs, analyse Arnaud Apoteker. Gouvernements réticents à les autoriser, paysans réticents à les utiliser et des consommateurs réticents à les acheter : les OGM n’ont pas leur place dans le futur de l’agriculture ! »

Sources
HNS

Posté par Adriana Evangelizt

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : OGM DANGER POUR LA SANTE
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 21 mars 2 21 /03 /Mars 17:16

Et après on viendra nous dire que les OGM sont sans danger...

 

Australie :  OGM abandonné suite à des maladies chez les souris

Une expérience australienne sur les OGM, les organismes génétiquement modifiés, a dû être interrompue après dix ans de recherche. Les mulots qui se nourrissaient de petits pois résistants aux insectes ont développé des maladies des poumons.

Les résultats de la recherche ont été publiés cette semaine dans le "Journal of Agricultural and Food Chemistry". Ils expliquent que la maladie dont souffrent les cobayes proviendrait d’une modification structurelle de la protéine introduite dans le petit pois pour les rendre résistants aux larves.

"La réaction des souris à la protéine pourrait préfigurer des atteintes à la santé humaine", a expliqué à la chaîne de télévision ABC Thomas Higgins, chercheur au CSIRO, le plus grand organisme de recherche publique du pays.

L’institut souhaitait protéger les plantations de pois contre un insecte ravageur, le Bruchus pisorum. Contrairement aux petits pois, les haricots ne sont pas affectés par cet insecte. Aussi les chercheurs ont-ils utilisé un gêne de ce légume pour améliorer la résistance au bruchum pisorum des pois. Au terme de l’expérience, ces derniers montraient une résistance de 100 %.

Parallèlement à la dissémination en plein champ, une étude de risques, portant notamment sur l’alimentation des souris, a été menée. Les cobayes nourris avec des haricots ou des pois non génétiquement modifiés n’ont pas montré de réaction immunitaire.

En revanche, les animaux dont l’alimentation consistait en pois génétiquement modifiés ont développé une inflammation des poumons et une augmentation des anticorps dans le sérum sanguin. Selon le CSIRO, la réaction s’explique par le processus de transformation que subit le gêne de haricot pour rendre le pois insensible aux insectes.

source originale : Journal of Agricultural and Food Chemistry

Sources : INFO OGM

Posté par Adriana Evangelizt

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : OGM DANGER POUR LA SANTE
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Texte libre

 

 

 Votez pour José sur France Politique

 

Il y a  2  personne(s) sur ce blog

 

Votez pour mon blog, merci !

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus