Concours

Présentation

  • : José Bové, l'homme Nature
  • José Bové, l'homme Nature
  • : Politique
  • : José Bové méritait bien un blog pour les combats qu'il mène. Contre les OGM. Contre la mondialisation.Pour un monde plus juste. Pour la Justice et l'Egalité. Quelqu'un qui ose dire tout haut ce que nos gouvernants cachent...
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

W3C

  • Flux RSS des articles

Images aléatoires

Recommander

José Bové, le gêneur

Mercredi 7 février 3 07 /02 /Fév 16:48

José Bové condamné mais toujours

candidat à la présidentielle

 

José Bové a été condamné, ce jour, à quatre mois de prison ferme par la Cour de cassation de Paris, suite à un arrachage de maïs transgénique en 2004. Cette décision ne fauche pas les ambitions du leader altermondialiste puisqu'il maintient sa candidature à l'Elysée.

José Bové, officiellement candidat à la présidentielle depuis jeudi dernier, a été condamné à quatre mois de prison ferme. Ce verdict, rendu aujourd'hui par la Cour de cassation, dépend maintenant d'une prochaine décision d'un juge d'application des peines. Le magistrat aura notamment la charge de définir les conditions de détention du leader altermondialiste. "C'est une décision grave", a affirmé à la presse José Bové, à l'issue du délibéré, ajoutant qu'il serait "peut-être le premier prisonnier politique à être en même temps candidat à l'élection présidentielle".

En juillet 2004, José Bové avait arraché, avec sept autres militants anti-OGM, du maïs transgénique, à Menville (Haute-Garonne). L'ancien leader de la Confédération paysanne s'était pourvu en cassation contre sa condamnation, infligée le 15 novembre 2005, par la cour d'appel de Toulouse. Le co-fondateur de la Confédération paysanne a rappelé qu'il était allé "plusieurs fois en prison", notamment après le saccage du restaurant McDonald's de Millau.

Pour l'heure, différentes alternatives sont envisagées au sujet de José Bové. D'un côté, la complexité de la procédure pourraît décaler le règlement de l'affaire après les élections présidentielles, évitant ainsi au leader altermondialiste de faire campagne derrière les barreaux. Une autre hypothèse précise que, compte tenu de la durée de la peine requise, José Bové pourrait être condamné à porter un bracelet électronique.

Cette solution ne réjouit guère le paysan du Larzac: "je refuserai le bracelet", a-t-il déclaré sur Canal Plus en estimant qu'un tel dispositif n'était "pas acceptable". Quelque soit l'issue du procès, José Bové restera candidat à la présidentielle, comme il l'affirmait, hier soir, sur France 3: "Je continuerai ma campagne de quelque manière que ce soit". En attendant, il profitera de sa liberté puisqu'il participera, ce soir, à son premier meeting à Aubagne, près de Marseille.

Sources La Tribune

Posté par Adriana Evangelizt

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : José Bové, le gêneur
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Mercredi 7 février 3 07 /02 /Fév 16:08

On reconnaît là le deux poids deux mesures de la crapule qui gouverne le monde en ce qui concerne la Justice. Eux peuvent assassiner autant qu'il leur plaît que cela soit en Irak, en Palestine ou en Afghanistan, ils peuvent voler des milliards sachant très bien qu'ils seront relaxés mais celui qui détruit cette merde d'OGM va en taule. Comme quoi le Peuple n'a qu'un seul droit, celui de la fermer. Il est clair et net que cette condamnation est orchestrée. José nuit à l'élite politique. Ses idées pourraient faire réfléchir ces boeufs de Français qui pourraient bien se transformer en fauve, si ça continue... pourquoi croyez-vous qu'il y a de plus en plus de répression en France, cette pauvre France qui  devient la réplique des Etats-Unis ? Pourquoi de plus en plus de caméras et de contrôles ? Notamment pour ceux qui manifestent leur mécontentement ? Parce que les dissidents doivent être muselés. L'Ordre imposé par les dictateurs en puissance doit régner. Et José Bové fait partie de ceux qui sont dans le collimateur des répressifs. Qu'ils se le disent, cela ne leur portera pas chance. Le Peuple est excédé. Tant va l'eau à la cruche qu'elle se casse. On est dégoûté ! On vit dans un monde de pourris ! Voilà la pensée du jour.

José Bové, menacé d'incarcération,

 maintient sa candidature

PARIS (Reuters) - José Bové est théoriquement menacé d'incarcération pendant sa campagne présidentielle, après la confirmation définitive en cassation d'une condamnation à quatre mois de prison ferme pour un fauchage d'OGM à Menville (Haute-Garonne) en juillet 2004.

Le leader altermondialiste, sanctionné pour "destruction d'un bien appartenant à autrui en réunion et en récidive, a cependant immédiatement annoncé qu'il maintenait sa candidature à l'Elysée et s'est présenté en "prisonnier politique" potentiel.

La complexité de la procédure, qui va passer par un juge d'application des peines (JAP), magistrat indépendant par son statut, puis par le procureur général de Toulouse, pourrait cependant repousser le règlement de l'affaire après les élections, évitant à José Bové de faire campagne derrière les barreaux.

"Si je vais en prison, c'est la tête haute, c'est pour m'être battu pour la démocratie, pour le droit des Français qui refusent les OGM à 80%", a-t-il dit aux journalistes.

"Je serai peut-être le premier prisonnier politique qui sera en même temps candidat à l'élection présidentielle. Je ne m'attendais pas à une telle situation. Si je dois y aller, j'assumerai cette responsabilité, je ne me cacherai pas", a-t-il ajouté.

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi contre la condamnation en appel en novembre 2005 à Toulouse du leader altermondialiste, ainsi que ceux de huit autres prévenus, dont Noël Mamère, condamnés à des peines de prison avec sursis.

La plus haute juridiction française a rejeté la demande d'annulation de la peine que les prévenus avaient déposé au nom de "l'état de nécessité", en invoquant notamment le principe de précaution et la Charte de l'environnement.

LONGUE PROCEDURE

Aux termes de la loi, le JAP doit convoquer le condamné et discuter avec lui d'éventuelles modalités d'exécution alternatives de sa peine, semi-liberté (prison la nuit et liberté le jour), placement sous bracelet électronique ou liberté conditionnelle (dispense de facto d'exécution de la peine).

José Bové a cependant expliqué qu'il refuserait ces aménagements s'ils lui étaient proposés. Dans ce cas, le dossier reviendra au parquet général de Toulouse, soumis hiérarchiquement par son statut au ministère de la Justice.

Ce magistrat devra alors décider ou non de le faire arrêter et emprisonner pour purger sa condamnation, sans cependant être tenu à un délai. L'ensemble de la procédure peut donc prendre plusieurs mois.

José Bové a expliqué qu'il ferait quoi qu'il arrive campagne pour demander un moratoire sur la culture des OGM, même pour les essais scientifiques, car il croit savoir que le gouvernement prépare "dans le plus grand secret" des décrets libérant ce type de cultures.

Il devait tenir un premier meeting électoral dans la soirée à Aubagne, près de Marseille.

José Bové a déjà connu la prison dans les années 70, lors des manifestations contre le camp militaire du Larzac, et plus récemment à trois reprises.

Il a été emprisonné en effet durant trois semaines à l'été 1999 pour le saccage du restaurant McDonald's de Millau, puis du 19 juin au 1er août 2002 pour l'exécution du reliquat de la peine de trois mois de prison ferme prononcée pour ces faits, et enfin du 22 juin au 2 août 2003 pour l'exécution d'une peine de six mois ferme prononcée dans une première affaire de fauchage de plants d'OGM.

Sources Libération

Posté par Adriana Evangelizt



Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : José Bové, le gêneur
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 6 février 2 06 /02 /Fév 23:48

Diverses réactions sur la candidature de José. Alors quand on entend dire qu'il n'a aucune position sur les OGM, on se demande si les personnes qui tiennent de tels discours ne sont pas sourdes et aveugles. Du n'importe quoi.

"Un débat mais aucune position sur les OGM et le nucléaire"

La secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot: «Ce n'est pas quelque chose qui bouleverse notre stratégie qui a été décidée depuis longtemps, et ceci, non pas par esprit de boutique mais parce qu'on pense que l'écologie politique est un projet global de société. On a du respect pour le militant, mais ce n'est pas sûr que ce soit la bonne méthode car la question qui se pose c'est quelle dynamique après les élections? Notre priorité, c'est le projet mis en oeuvre après mai 2007. Nous avons un regret pour la teneur de son projet qui est en retrait sur un certain nombre de sujets. Ainsi il ne parle pas de la crise environnementale et climatique. Et sur les OGM et le nucléaire, il propose un débat mais pas de position».

Le député Vert Noël Mamère: «La participation de José Bové au débat politique de la présidentielle ne peut que contribuer à renforcer le poids de l'écologie politique dans la gauche. Sa parole sur ce sujet sera complémentaire de celle qu'incarne aujourd'hui avec force Dominique Voynet, candidate des Verts. Tout le parti doit se mobiliser encore plus fort derrière sa candidate pour démontrer aux Français qu'il y a des réponses justes et réalistes à la crise écologique et sociale de notre pays. Cette candidature marque toutefois la division de la gauche anti-libérale qui n'est pas parvenue à susciter l'unité qu'elle avait promise. C'est le constat d'un échec qui va décevoir tous ceux qui croyaient dans les collectifs unitaires».

Jack Lang, conseiller spécial de Ségolène Royal : «Nous ne nous exprimons ni pour, ni contre. Pour nous, une seule chose compte, un seul objectif nous anime, battre la droite, faire gagner la gauche. Est-ce que la candidature de José Bové est de nature à faciliter cette victoire de la gauche contre la droite c'est la seule question qui se pose et je ne veux pas répondre par avance. Tout dépendra de la façon dont Bové se comportera face au pouvoir en place et face au combat frontal et principal entre la droite et la gauche».

Serge Lépine, membre du Conseil de campagne de Marie-George Buffet et syndicaliste paysan, a qualifié «candidature de division »" l'entrée en lice de José Bové, qui est «beaucoup plus aux quatre coins du monde» qu'avec les agriculteurs. Selon lui, José Bové est «totalement coupé du monde agricole» et «ne défend pas les productions en crise». Il a ajouté dans un communiqué que l'ancien porte-parole de la Confédération paysanne «n'allait faire qu'un gros coup médiatique».

Christian Pèes, président d'Euralis, premier groupe coopératif agroalimentaire du sud-ouest de la France et leader mondial du foie gras : «La conception de l'agriculture véhiculée par José Bové, qui soumettrait notre pays à de nombreuses dépendances, dont la plus redoutable serait la dépendance alimentaire, a autant de conséquences négatives que celle défendue par les ultralibéraux au sein des organisations internationales. Il n'est pas possible de transformer les abords immédiats de nos mégalopoles en jardins susceptibles de nourrir une population toujours croissante».

La Confédération Paysanne, deuxième syndicat agricole français, ne soutiendra pas José Bové, son ancien porte-parole. Elle rappelle, dans un communiqué, que «dès sa création, elle a marqué son indépendance vis-à-vis des partis politiques en stipulant dans ses statuts qu'il y avait incompatibilité entre mandat de responsabilité syndicale et mandat de responsabilité politique». «Les militants de la Confédération paysanne qui s'engageraient dans ces échéances le feront à titre individuel sans pouvoir se prévaloir de leur appartenance à la Confédération paysanne», ajoute le syndicat.

La Coordination rurale, troisième syndicat agricole français, estime que la candidature de José Bové est la preuve que le dirigeant altermondialiste a «quitté le terrain de l'agriculture». «Nous constatons que José Bové a très largement quitté le terrain de l'agriculture, qui semble lui avoir servi de marchepied. L'agriculture sort d'une période déterminante pour les années à venir, avec les élections des chambres départementales d'agriculture, et il n'était pas là. Il est désormais sur le terrain politique et cela ne nous concerne pas».

La FNSEA, le principal syndicat agricole, n'a pas souhaité commenter jeudi la candidature. «La FNSEA ne commente pas plus la candidature de José Bové que celle des autres candidats». L'organisation «commentera» les programmes agricoles des candidats, quand ceux-ci seront connus, a ajouté le porte-parole.

Sources 20 minutes

Posté par Adriana Evangelizt

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : José Bové, le gêneur
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 2 février 5 02 /02 /Fév 18:02

La gauche et les milieux agricoles accueillent fraîchement

 la candidature de José

Serge Lépine, membre du conseil de campagne de Marie-George Buffet et syndicaliste paysan, a vivement réagi à l'entrée en lice de José Bové. Une "candidature de division" d'un homme "totalement coupé du monde agricole" et qui "ne défend pas les productions en crise".


De son côté, Jack Lang, conseiller spécial de Ségolène Royal, a déclaré que les socialistes n'étaient "ni pour ni contre" la candidature de José Bové. "Tout dépendra de la façon dont M. Bové se comportera face au pouvoir en place et face au combat frontal et principal entre la droite et la gauche", a-t-il précisé. Reconnaissant qu'à chaque nouvelle candidature pouvait se poser la question de l'émiettement de la gauche, il a affirmé : "Mon sentiment est que le moment venu, le sursaut sera accompli pour que ceux qui veulent battre la droite regroupent leurs suffrages autour de Ségolène Royal."


"VISION RÉGRESSIVE"

Christian Pèes, le président d'Euralis (premier groupe coopératif agroalimentaire du sud-ouest de la France et leader mondial du foie gras), estime que José Bové représente une "vision régressive de l'agriculture". "La conception de l'agriculture véhiculée par José Bové, qui soumettrait notre pays à de nombreuses dépendances, dont la plus redoutable serait la dépendance alimentaire, a autant de conséquences négatives que celle défendue par les ultralibéraux au sein des organisations internationales", affirme-t-il dans un communiqué.


Enfin, la Confédération paysanne ne soutiendra pas José Bové, son ancien porte-parole. Le deuxième syndicat agricole français rappelle, dans un communiqué, que "dès sa création, [elle] a marqué son indépendance vis-à-vis des partis politiques, en stipulant dans ses statuts qu'il y avait incompatibilité entre mandat de responsabilité syndicale et mandat de responsabilité politique".

Sources
Le Monde

Posté par Adriana Evangelizt


Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : José Bové, le gêneur
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 2 février 5 02 /02 /Fév 17:08

Francine Bavay, pro-Bové, suspendue de la direction

La vice-présidente Verts de la région Ile-de-France, a été suspendue du Collège exécutif des Verts, en raison de son soutien à José Bové. Son cas sera à nouveau étudié dans les 30 jours.

Francine Bavay, vice-présidente Verts de la région Ile-de-France, a été suspendue du Collège exécutif des Verts, en raison de son soutien à José Bové, a annoncé jeudi 1er février à l'AFP la secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot.


Cette suspension a été décidée mardi lors de la réunion hebdomadaire du CE des Verts, instance nationale de direction des Verts qui compte 15 membres.


Le cas de Francine Bavay, fervent soutien du leader altermondialiste, "fera l'objet en Conseil d'administration régional Ile-de-France des Verts, d'une décision définitive, dans les 30 jours", a précisé Mme Duflot.


"Alors que les Verts ont leur candidate à la présidentielle, Dominique Voynet, il n'est pas possible de faire la campagne de quelqu'un d'autre" a-t-elle expliqué. "Nous aurions souhaité que Francine Bavay prenne d'elle-même cette décision", a-t-elle regretté.

David Cormand et Hulot

Un autre membre du CE des Verts, David Cormand avait décidé le 23 janvier de quitter provisoirement la direction des Verts en raison de son soutien à Nicolas Hulot.
Francine Bavay dirige le courant "alter-écolos" qui a recueilli environ 6% des voix lors du dernier congrès des Verts.

Sources
Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : José Bové, le gêneur
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Texte libre

 

 

 Votez pour José sur France Politique

 

Il y a  3  personne(s) sur ce blog

 

Votez pour mon blog, merci !

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus