Concours

Présentation

  • : José Bové, l'homme Nature
  • José Bové, l'homme Nature
  • : Politique
  • : José Bové méritait bien un blog pour les combats qu'il mène. Contre les OGM. Contre la mondialisation.Pour un monde plus juste. Pour la Justice et l'Egalité. Quelqu'un qui ose dire tout haut ce que nos gouvernants cachent...
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

W3C

  • Flux RSS des articles

Images aléatoires

Recommander

ALTERMONDIALISME

Jeudi 12 avril 4 12 /04 /Avr 13:13

Dernière étape dans la course à l'Elysée


Par Sabrina BESTANI

A deux semaines du premier tour de l'élection présidentielle, les candidats amorcent leur dernier virage, et pas des moindres : le lancement de leur spot de campagne. A partir de lundi et jusqu'au vendredi 20 avril, les télévisions et radios publiques consacreront quarante-cinq minutes à chaque candidat. Une bataille médiatique où chacun tient à sa tactique et qui s'annonce cruciale pour le vote des Français.

Le coup d'envoi des spots officiels, c'est un peu comme l'ultime combat d'une longue bataille. Si les tactiques peuvent réserver quelques surprises, les consignes, concoctées par le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel), sont rigoureuses. Parmi les commandements figurent entre autres l'interdiction de se moquer des autres candidats, d'utiliser la Marseillaise, de dégainer les étendards qu'ils soient européen, français ou régionaux, de faire des appels de fonds, de filmer les bâtiments officiels de l'Etat.

Pas surprenant qu'Ali Guessoum, employé de l'agence qui réalise les films du PCF monte au créneau : "vu les contraintes et le temps qu'on nous laisse, je comprends maintenant pourquoi les spots sont aussi pourris", a-t-il déclaré au quotidien Libération daté de samedi.

Douze candidats, plusieurs tactiques. Pour certains, comme Nicolas Sarkozy, le tournage a commencé depuis des mois. Pour d'autres, à l'image de Jean-Marie Le Pen, quelques heures en studio auront suffi. Dès lundi matin, la bataille cathodique va prendre son envol. Et c'est José Bové qui ouvrira le bal, suivi de Frédéric Nihous, de Gérard Schivardi et de Nicolas Sarkozy. Déclinés en 18 modules qui varieront entre courts et longs métrages, chaque candidat aura le droit à 45 minutes d'antenne sur les chaines de télévisions et les radios du service public.


Diverses stratégies pour aligner leurs concurrents

Chapotés par les équipes de France 3, choisies par l'Etat, les postulants ont fait appel à diverses stratégies pour aligner leurs concurrents.
Pour Royal, Sarkozy ou encore Le Pen, pas de grandes mises en scène. Les trois candidats la joueront sobre, face caméra, prônant le fait de ne pas vouloir faire de la publicité. Pour l'ancien ministre de l'Intérieur, le travail de fond s'est amorcé il y a des mois, en novembre dernier. Suivi par les équipes de Christian Blachas, ancienne figure de l'émission Culture Pub sur M6, à qui l'on doit les campagnes de Chirac en 1995 et 2002, le clip du candidat UMP sera composé de mélange d'archives et d'interventions. Une simplicité également affectionnée par Jean-Marie Le Pen, puisque c'est le siège du Front National à Saint-Cloud, réaménagé en studio, qui aura servi de décor à un spot qui ratisse plutôt large. En misant également sur le naturel, Ségolène Royal fournira un clip sobre, ponctué de dicours actuels et d'anciennes interventions.

Pourtant, à en croire les propos du CSA, les clips devraient être "plus dynamiques". Ce sont d'ailleurs José Bové, Olivier Besancenot et Frédéric Nihous qui s'y collent, en jouant la carte de l'originalité. Fidèle à son image de jeune rebelle, le porte-parole de la LCR apparaitra dans les banlieues nord de Paris, sur fond de musique urbaine aux accents hip-hop, à la manière d'un documentaire filmé par Gérard Otzenberger, à qui l'on doit le reportage La conquête de Clichy. Frédéric Nihous lui, sera mis en scène en extérieur par Gérard Van der Gucht, abonné aux réalisations pour le petit écran et aux productions musicales. Mais la surprise revient incontestablement à José Bové, qui a choisi dans un souci d'échange, de se faire introduire par l'ancienne tête brulée de Canal +, Karl Zéro.

Du côté des autres candidats, rien de sensationnel. François Bayrou confie sa campagne visuelle à un homme du 7e art, Pascal Thomas. Dominique Voynet choisit d'alarmer sur l'écologie, en utilisant quelques images de banquise qui s'écroule dans l'océan. Marie-George Buffet parie, quant à elle, sur les interventions extérieures : un sans-papier, un syndicaliste et un jeune issu des quartiers populaires lanceront sa campagne.

Si les stratégies diffèrent, ces passages télévisés restent néanmoins une étape cruciale de la campagne officielle, qui avait rassemblé en 2002 33,1 millions de téléspectateurs la première semaine et 27 millions durant la seconde. Une épreuve ultime qui laisse supposer un impact non négligeable, compte tenu de l'indécision qui plane au dessus de l'électorat français.

Sources JDD

Posté par Adriana Evangelizt

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : ALTERMONDIALISME
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 2 février 5 02 /02 /Fév 15:43

 Une interview de José Bové où il parle de la Palestine... cela doit dater un peu car Ariel Sharon était encore premier ministre...

 Interview de José Bové par David Abbasi

Le site de David Abbasi

 

 

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : ALTERMONDIALISME
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 23 janvier 2 23 /01 /Jan 15:41

Un article de Politis...

José Bové en sauveur


par Michel Soudais et Clotilde Monteiro



Un nouvel appel en faveur d’une candidature du leader paysan, qui rencontre un certain succès, tente de relancer la dynamique des collectifs unitaires. Si cette initiative, controversée, rouvre le débat sur l’avenir de la gauche antilibérale, d’autres pistes sont en discussion en vue d’une prochaine rencontre nationale.

Leur motivation est claire. « Nous ne pouvons pas nous résigner à ce gâchis historique », affirment les signataires d’un appel au titre explicite : « José Bové peut et doit être le candidat de l’alternative à gauche. » Lancée sur Internet samedi 6 janvier par Rémy Jean, un animateur (LCR) du collectif des Bouches-du-Rhône, qui l’a concoctée pendant la trêve des confiseurs avec le soutien de Yannis Youlountas, un écolo-libertaire animateur des réseaux pro-Bové, et un certain nombre de figures issues des collectifs du rassemblement unitaire, cette pétition recensait déjà 3 200 signataires, mardi matin (1). Un succès révélateur du refus des antilibéraux de rester dans l’ornière où la candidature de Marie-George Buffet a mis leur rassemblement.

« Cette proposition, précise Rémy Jean, ne consiste pas à ajouter un candidat de plus à gauche du PS ,mais elle vise à relancer la dynamique unitaire autour de la candidature de José Bové. » Le leader paysan vient d’ailleurs de rappeler à ses soutiens, par écrit, les conditions de sa candidature : « Comme je l’ai toujours dit publiquement, je reste disponible pour ce combat sous deux conditions : un rassemblement de toutes les forces de gauche qui ont dit "non" à l’Europe libérale le 29 mai 2005 et une dynamique populaire qui associe les citoyens au choix de notre candidat. » Autant dire que les nouveaux espoirs que pourrait faire naître cette initiative sont ténus. L’état du rassemblement antilibéral aujourd’hui est loin d’infirmer les termes de la lettre par laquelle José Bové annonçait aux collectifs, le 23 novembre, le retrait de sa candidature. Il y estimait que « les forces de la division l’avaient provisoirement emporté sur les forces de l’unité », accusait le parti communiste de vouloir imposer la candidature de Marie-George Buffet en multipliant « la création de collectifs qui ne représentent, localement, que la sensibilité communiste », et la Ligue communiste révolutionnaire de « confirmer son engagement dans une campagne autonome avec Olivier Besancenot comme candidat ».

Dans les semaines qui ont suivi ce cri d’alarme, le porte-parole de la Ligue a maintenu sa détermination à réunir les signatures nécessaires à sa candidature présidentielle. En l’absence d’un double consensus (entre les collectifs et les organisations politiques) sur la désignation du candidat unitaire, la réunion nationale des collectifs antilibéraux, les 10 et 11 décembre, à Saint-Ouen, s’est soldée par une impasse. Marie-George Buffet, soutenue par son parti, est restée sourde aux appels du collectif national lui demandant de retirer sa candidature au profit d’un des deux autres candidats sans étiquette, Clémentine Autain et Yves Salesse, jugés plus à même d’incarner la diversité du rassemblement antilibéral. Refusant toute autre solution de compromis, y compris celle d’une candidature du député européen communiste Francis Wurtz, la secrétaire nationale du PCF s’est entêtée à se revendiquer comme la candidate légitime du rassemblement en s’appuyant sur les résultats, contestés, de la consultation de 569 des 800 collectifs transmis avant cette réunion nationale. L’Humanité annonçait ce jour-là « 63 % pour Marie-George Buffet ».

Sans attendre les résultats de la seconde consultation qu’il avait réclamée (2), le PCF a organisé, le 20 décembre, un nouveau vote des militants communistes pour légitimer la candidature de sa dirigeante et l’imposer définitivement, malgré les protestations de nombreux communistes impliqués au sein des collectifs. Ce coup de force, jugé par ces derniers comme un changement d’orientation stratégique et vécu comme une trahison, a motivé la démission inédite de six membres du comité exécutif national du PCF (Pierre Zarka, Roger Martelli, Malika Zediri, Frédéric Genevé, Isabelle Lorand et Fernanda Marruchelli). Et l’onde de choc se propage dans les fédérations et les sections. Un peu partout, des militants en colère démissionnent de leur fonction ou rendent leur carte. Non sans chercher à s’organiser : ces « communistes unitaires » ont créé un site Internet, conçu comme un espace d’échange (3), et plusieurs réunions régionales sont annoncées ce week-end, notamment à Saint-Denis (Île-de-France) et à Saint-Gaudens (Midi-Pyrénées).

Lire la suite dans Politis n° 934

(1) http://www.unisavecbove.org Parmi les premiers signataires figurent Michel Onfray, Étienne Chouard, Magyd Cherfi et Jacques Perreux (vice-président PCF du conseil général du Val-de-Marne).

(2) Les PV de cette nouvelle consultation des collectifs ont été publiés durant les vacances sur le site Internet de l’alternative à gauche (www.alternativeagauche2007.org). Ils relativisent grandement le soutien dont se prévaut Mme Buffet.

(3) http://communistesunitaires.over-blog.com

Souces POLITIS

Posté par Adriana Evangelizt

 


Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : ALTERMONDIALISME
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 19 janvier 5 19 /01 /Jan 03:20

Une video sympa sur la maison de José avec les explications du maître des lieux... j'avais déjà posé un article sur le sujet ICI...

 La maison de José Bové

 

 
Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : ALTERMONDIALISME
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 4 septembre 1 04 /09 /Sep 14:54

Osons Bové !

Pour que José Bové soit l’unique candidat de la gauche antilibérale !

À huit mois de l’élection présidentielle, la gauche antilibérale n’a toujours pas décidée si oui ou non elle présenterait un candidat unitaire et si oui, qui ce serait.

L’union de cette gauche issue des mouvements sociaux, de l’altermondialisme et des mouvements écologistes est pourtant réellement possible. Mais elle doit être crédible et efficace. Il est très important que cette union est un impact réel sur la vie politique française et par conséquent européenne et mondiale. Elle doit apporter quelque chose de neuf à la façon de faire la politique. Il faut une union forte et un vrai mouvement populaire et unitaire pour la soutenir !

Si le ou la candidat(e) de la gauche antilibérale est issu(e) d’un courent politique traditionnel, il n’y aura d’une certaine manière « rien de nouveau » dans la façon d’imaginer la politique, excepté le fait indéniable d’une candidature unitaire à gauche... Néanmoins, les partis accepteront-ils vraiment de retirer « leur » candidat face à un porte-parole d’un autre parti ? Il faut pourtant qu’il n’y ait qu’un seul et unique candidat pour les mêmes idées ! Il faut donc que cette candidature ne soit pas traditionnel, mais qu’elle émane de quelque chose d’autre.

En ce sens, José Bové est le candidat « idéal ». Il est issu du monde syndical et des mouvements sociaux. C’est un des rares qui est osé affronter la prison pour défendre ses opinions. De plus, il bénéficie d’une popularité que peu ont.

La gauche « antilibérale, écologique, antiproductiviste et altermondialiste » existe et elle est forte. Elle l’a montrée ces derniers temps avec la victoire du NON au Traité établissant une Constitution pour l’Europe et le retrait du Contrat Première Embauche, elle doit savoir saisir cette chance ! C’est déjà le cas en Amérique du Sud avec l’élection très récente d’Evo Morales à la tête de la Bolivie.

L’altermondialisme qui jusqu’à très récemment n’avait qu’un pouvoir contestataire peut maintenant avoir une réelle force de décision. Il faut savoir profiter de l’occasion !

C’est pour cela que José Bové doit être le candidat unique de la gauche antilibérale et que nous lui apportons notre soutien !

Pour signer cette pétition, c’est ici

Sources : Bellaciao

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : ALTERMONDIALISME
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Texte libre

 

 

 Votez pour José sur France Politique

 

Il y a  1  personne(s) sur ce blog

 

Votez pour mon blog, merci !

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus