Concours

Présentation

  • : José Bové, l'homme Nature
  • José Bové, l'homme Nature
  • : Politique
  • : José Bové méritait bien un blog pour les combats qu'il mène. Contre les OGM. Contre la mondialisation.Pour un monde plus juste. Pour la Justice et l'Egalité. Quelqu'un qui ose dire tout haut ce que nos gouvernants cachent...
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

W3C

  • Flux RSS des articles

Images aléatoires

Recommander

Ecologie

Vendredi 20 avril 5 20 /04 /Avr 14:32

 

 

 

Réseau Sortir du nucléaire appelle à ne pas voter pour 5 candidats Communiqué de presse du 18 avril 2007


Réseau Sortir du nucléaire
Fédération de 772 associations

 



Pour dire NON à la construction prochaine du réacteur nucléaire EPR à Flamanville en Normandie et parce qu’ils refusent la relance du nucléaire en France :
- 600 000 personnes ont participé à la campagne nationale STOP EPR en envoyant une carte pétition “Soleil” aux candidats à la présidentielle,
- 62 000 personnes ont manifesté le 17 mars 2007 à Rennes, Lille, Strasbourg, Lyon et Toulouse. Il s’agit de la plus forte mobilisation de toute la campagne présidentielle.

A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, le Réseau Sortir du nucléaire, Fédération de 772 associations :
- 1) appelle à ne pas voter pour les cinq candidats suivants qui se sont prononcés pour l’EPR ou ne remettent en cause - en aucune façon - le projet de construction de l’EPR :

* Marie-George Buffet (Parti Communiste)
* Arlette Laguiller (Lutte Ouvrière).
* Frédéric Nihous (Chasse Pêche Nature et Tradition)
* Nicolas Sarkozy (UMP)
* Gérard Schivardi (Parti des Travailleurs)

- 2) appelle Ségolène Royal et François Bayrou à prendre l’engagement d’annuler le décret de création de l’EPR :
M. Bayrou et Mme Royal ont reconnu la nécessité d’organiser un véritable débat démocratique sur l’EPR. Mais, ils doivent s’engager – dès à présent - à abroger, s’ils sont élus, le décret de construction du réacteur nucléaire EPR, les arrêtés d’autorisation des travaux et le permis de construire grâce auxquels EDF a commencé les travaux préparatoires sur le site de Flamanville en Basse-Normandie. C’est une condition préalable indispensable qui permettra un véritable moratoire sur l’EPR avec l’arrêt des travaux pendant plusieurs années. F. Bayrou et de S. Royal doivent prendre - sans attendre - des engagements clairs et précis à ce sujet pour que les électeurs puissent juger en connaissance de cause. Ces abrogations devront intervenir avant les législatives et dès la nomination du Premier Ministre par le nouveau Président de la République.

- 3) précise que trois candidats se sont clairement engagés contre la construction du réacteur nucléaire EPR :

* Olivier Besancenot
* José Bové
* Dominique Voynet

- 4) Jean-Marie Le Pen et Philippe de Villiers ne sont pas cités dans ce communiqué du fait de leurs positions idéologiques et des valeurs qu’ils véhiculent.

Le Réseau Sortir du nucléaire rappelle à tous les candidats que la très grande majorité des citoyens Français ne veut pas de nouveaux réacteurs nucléaires mais d’une politique ambitieuse de maîtrise de l’énergie et de développement des énergies renouvelables.
Des centaines de milliers d’électeurs ne manqueront pas de tenir compte des positions des candidats sur ces questions lors de leur passage dans l’isoloir.
Annexe : extraits des déclarations des candidats sur l’EPR

Les candidats suivants se prononcent pour un nouveau débat sur l’EPR sans se prononcer clairement contre l’EPR :
François Bayrou (UDF) :
“Nous ne pouvons nous priver du nucléaire. Nous devons poursuivre la réflexion sur l’EPR, pour être certains que la mise en place de ce nouveau réacteur est la bonne solution technologique.” “Les conditions du débat public sur l’EPR n’ont pas été satisfaisantes”, écrit-il.
Ségolène Royal (PS) :
“La décision de lancer l’EPR a été prise par le gouvernement actuel, dans des conditions d’analyse et de débat contestables”. Elle s’est engagée par écrit à “refaire le débat sur la construction de l’EPR”.
Notons que cette position est un recul par rapport à la position du Parti socialiste qui s’est exprimé clairement à plusieurs reprises au cours des dernières années contre la construction de l’EPR. Dans un communiqué en date du 14 avril 2006, le Parti socialiste écrivait par le biais de son porte parole Julien Dray : “Le Parti Socialiste tient a réaffirmer son opposition à ce projet inutile et dangereux. Il a fait valoir cette position en 2004 lors de son passage devant le Parlement. Il la réaffirme aujourd’hui, à l’heure de sa mise en œuvre effective.”

Ils se prononcent POUR l’EPR :
Marie-George Buffet (Parti Communiste) :
Favorable à “un nucléaire propre, sécurisé, durable et surtout 100% public”. "Dans ce cadre, je suis convaincue que l’EPR et les générateurs de la 4ème génération pour la fission, ITER pour la fusion, pourront y contribuer." Elle promet d’organiser un “débat citoyen” sur le sujet “tranché par un référendum”.
Arlette Laguiller (Lutte Ouvrière) :
Elle a répondu qu’elle ne pouvait se prononcer de façon “aussi péremptoire et limitée sur le projet” même si on peut s’imaginer qu’elle soit favorable à l’EPR dans la mesure où elle est favorable au nucléaire...
Frédéric Nihous (Chasse Pêche Nature et Tradition) :
Il est “pour le maintien de cette énergie propre qui nous garantit l’indépendance énergétique”. De même, il est favorable à la construction de l’EPR.
Nicolas Sarkozy (UMP) :
“Le parc de production nucléaire français est à mi-vie : il serait irresponsable vis-à-vis des générations futures de ne pas préparer son remplacement par des centrales plus performantes”. Pour le candidat UMP, favorable à l’EPR, le nucléaire est clairement “l’énergie du futur”.
Gérard Schivardi (Parti des travailleurs) :
Restant dans le flou, ce candidat ne s’est à aucun moment prononcé contre la construction de l’EPR.

Les candidats suivants se sont clairement prononcés CONTRE l’EPR : Olivier Besancenot (LCR) :
“Je souhaite engager l’arrêt immédiat du nucléaire militaire et la reconversion programmée du nucléaire civil”.
José Bové (Mouvement Altermondialiste) : “Il revient aux citoyens de décider des énergies de demain, pas à l’industrie nucléaire. Si l’EPR est construit, il condamnera toute politique ambitieuse de maîtrise de l’énergie et de développement des énergies renouvelables.” Opposé à l’EPR, il préconise un moratoire immédiat sur la construction de nouveaux réacteurs, suivi d’un “débat national sur la politique énergétique” tranché par un référendum.
Dominique Voynet (Les Verts) :
“Je propose une loi de sortie programmée du nucléaire et l’abandon des projets ruineux et sans avenir (EPR et ITER)”. D. Voynet fixe la fermeture de toutes les centrales nucléaires au plus tard en 2030.

Jean-Marie Le Pen et Philippe de Villiers sont écartés d’office du fait de leurs positions idéologiques et des valeurs qu’ils véhiculent.

Voir les positions détaillées des candidats sur : Stop-EPR


datos de la noticia
Noticia nº: 278853


Fuente : José BOVE
Marca José BOVE
Ciudad: Paris
País: Francia
Agencia emisora: (no informado)
Grupo Internacional
Sección Internacional
Subsección Política
Fecha emisión: 18/04/2007
Fecha publicación: 20/04/2007
Tiempo de lectura 5 min

Sources Noticias

Posté par Adriana Evangelizt




 

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : Ecologie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 20 avril 5 20 /04 /Avr 14:28

 

 

Tous les écologistes sont candidats avec José Bové

 

Communiqué d’Alter Ekolo le 17 avril 2007


José Bové est le candidat choisi pour incarner l’unité de la gauche écologiste, antiraciste, féministe et solidaire.
Il est le candidat de toutes ceux et celles qui s’engagent dans la transformation de la société française, européenne et mondiale pour la paix, la justice, la solidarité, le respect des personnes et des générations présentes et futures, le candidat de toutes ceux et celles qui sont en marche pour un autre monde.

La société marchande, la société de consommation et du gaspillage, la société de la compétition généralisée, la société de l’insécurité sociale et environnementale, c’est celle-là que nous voulons changer.
Pour construire une société solidaire, une société de liens, non-violente, qui donne place à une vraie délibération démocratique et dans laquelle chacun puisse s’épanouir, nous sommes nombreux et nombreuses, divers, à faire campagne ensemble avec José Bové.
Cette nouvelle construction démocratique ne s’arrêtera pas le 22 avril.

Nous appelons tou-te-s les écologistes à voter José Bové le 22 avril 2007, et à amplifier ensuite, ensemble, la bataille écologiste, altermondialiste et solidaire.

Alter Ekolo
Pour une Europe écologiste, altermondialiste et solidaire.
Por una otra Europa, ecologista, altermundialista y solidaria.
Working for a Europe which stands for ecology, altermondialism, and solidarity.
Für ein ökologisches, globalisierungskritisches und solidarisches Europa.
Per un’Europa ecologista, no-global, solidale e interdipendente.
Para uma Europa ecologista, altermundialista e solidária.
Voor een milieubewust, andersglobalistisch en solidair Europa.
Lejn Ewropa ekoloġista, altermundista u solidarja.
Egy ökologikus, altermondialista és szolidáris Európáért.
För ett ekologiskt och solidariskt Europa - för en alternativ globalisering.
Por ekologiista, alimondista kaj solidara Eŭropo.
För ett ekologiskt, alternativt, internationalistiskt och solidariskt Europa.
Για μία Ευρώπη οικολογική, αλληλοοικουμενική και αλληλέγγυα.

Contact : Francine Bavay ou Jérôme Desquilbet à
alter@ekolo.eu

Sources Noticias

Posté par Adriana Evangelizt


 

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : Ecologie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 16 février 5 16 /02 /Fév 22:30

 

José Bové, quatrième candidat à la présidentielle

 au procès de l'Erika

L'altermondialiste José Bové au procès du naufrage de l'Erika le 13 février 2007

 

L'altermondialiste José Bové a été mardi le quatrième candidat à la présidentielle à faire un tour au procès du naufrage de l'Erika afin, a-t-il dit, de montrer son "soutien" aux victimes de cette marée noire de 1999.

"Je suis venu apporter mon soutien aux victimes de manière très claire, le premier responsable dans cette affaire, c'est l'entreprise Total", a-t-il affirmé avant l'audience.

"C'est l'affréteur qui doit aujourd'hui être civilement et pénalement responsable par rapport à l'ensemble des dégâts écologiques et économiques, et aussi la santé humaine", a-t-il ajouté, affirmant que les bénévoles ayant nettoyé les plages redoutent de développer un "cancer" en raison de la toxicité des produits.

"Il y a nécessité qu'une loi soit mise en place en France afin que les affréteurs soient responsables", a-t-il insisté.

"Face aux questions de l'avenir de l'énergie, on laisse la liberté totale à des entreprises (...) sans aucun contrôle citoyen", s'est-il indigné. "Tout le monde dit que la planète brûle (...) et on laisse la question à des entrepreneurs qui font des bénéfices énormes et n'ont absolument pas le souci du bien commun", a-t-il dit.

La veille, premier jour du procès, trois candidats à l'élection présidentielle avaient fait entendre leur voix au Palais de justice.

Dominique Voynet (Verts), ministre de l'Environnement lors de la catastrophe, s'était dite "très désireuse de voir Total s'expliquer enfin". Philippe de Villiers (MPF), président du conseil général de Vendée, dénonçait les "navires pourris".

L'avocate Corinne Lepage (Cap 21), qui représente quelques communes parties civiles, avait plaidé pour "le principe du pollueur-payeur".

La socialiste Ségolène Royal ne s'était pas déplacée mais avait fait savoir par le vice-président de sa région Poitou-Charentes, François Patsouris, qu'elle "suivait ce procès de près".

Le procès du naufrage de l'Erika, le premier en France d'une catastrophe écologique majeure, s'est ouvert lundi au tribunal correctionnel de Paris qui va passer quatre mois à démêler l'écheveau des responsabilités d'une des pires marées noires ayant souillé les côtes françaises.

Après sept ans d'enquête, quinze personnes morales et physiques ont été renvoyées devant la justice pour pollution, mise en danger d'autrui ou abstention volontaire de combattre un sinistre.

Parmi elles, l'armateur, le capitaine, les secours, la société de classification italienne Rina et l'affréteur Total devront expliquer pourquoi, en décembre 1999, ce bateau à une seule coque, frôlant les 25 ans, a pris la mer en pleine tempête avec 30.000 tonnes de pétrole, malgré plusieurs inspections ayant signalé de graves traces de corrosion.

Face aux prévenus, plus de 70 parties civiles, dont de nombreuses collectivités ou associations bretonnes, réclament des indemnisations pour ce désastre qui a vu 20.000 tonnes de fioul souiller 400 km de côtes, mazouter plus de 150.000 oiseaux et sinistrer l'économie bretonne pour un préjudice évalué à plus d'un milliard d'euros.

A l'ouverture de l'audience, dès l'appel, le président du tribunal, Jean-Baptiste Parlos, a constaté l'absence du capitaine de l'Erika, l'Indien Karun Mathur.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

 

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : Ecologie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 5 février 1 05 /02 /Fév 21:10

Encore un article de Capital où José est encore cité pour sa maison...

Quel logement pour aider la planète ?

 

En pleine conférence sur le climat à Paris, zoom sur les gestes à adopter à l'intérieur pour préserver l'extérieur...

Depuis ce lundi, 500 experts du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) sont réunis à l'Unesco, à Paris. Ils planchent sur leur 4ème rapport scientifique sur le réchauffement de la planète, qui sera publié vendredi, laissant apparaître l'ampleur de la "bombe climatique" en préparation (
voir l'article "L'influence de l'homme sur le climat confirmée par un rapport"). Une bombe que chacun, chez soi, peut désamorcer en suivant quelques conseils de bon sens...

Le logement, facteur croissant d'émissions


Dans sa dernière publication, l'Institut Français de l'Environnement fait le point sur la quantité de gaz à effet de serre émis par les ménages pour leur habitation : au total, les 30,7 millions de logements représentent 13% des émissions totales en France. "Chaque m² de résidence principale a une consommation moyenne d'énergie de 229 kWh/an", dont 74% pour le chauffage, poursuit le rapport, alors que la réglementation thermique de 2005 prévoit un maximum de 70 kwh/an. A elles seules, les maisons, qui constituent "un peu plus de la moitié du parc de logements", émettent 65% des émissions "résidentielles" de CO2.

Chauffer moins, chauffer mieux


Premier conseil de l'IFEN pour réduire fortement les émissions : "revenir à une température intérieure hivernale de 19°C", alors que les ménages ont accru de 2°C en moyenne leur niveau de chauffage en 25 ans. Pour être optimale, cette économie de chauffage doit s'accompagner d'équipements économes en carbone : "actuellement, seules 90 000 chaudières individuelles sur les 450 000 remplacées chaque année sont à basse température. Et environ 31 250 chauffe-eau solaires individuels ont été achetés entre 2000 et 2004", poursuit l'IFEN.

Objectif : isolation


Parallèlement, chaque ménage doit veiller à l'isolation de son logement. A eux seuls, les murs, les fenêtres et la toiture sont responsables de près de la moitié des déperditions de chauffage, selon la brochure "Réglementation thermique 2005" du ministère du Logement. Un facteur apparemment pris en compte par les ménages, qui ont dépensé pas moins de 5 milliards d'euros pour des travaux d'isolation en 2004. De plus en plus de municipalités encouragent ce mouvement, à l'image de Marseille, qui a "thermographié" l'ensemble des logements sur son territoire, réalisant une carte de la déperdition de chaleur en toiture de chaque habitation (voir l'article "Fiers de réduire l'effet de serre"). La semaine dernière, c'était au tour de Reims de procéder à la même opération : "un hélicoptère a survolé la métropole rémoise afin de réaliser un diagnostic thermographique complet des déperditions d’énergie de l’habitat rémois et des réseaux de chaleur", racontent les promoteurs de l'opération "J'isol'où ?". Sans aller très loin, quelques gestes simples peuvent favoriser une bonne isolation : la nuit, veillez à fermer au maximum les rideaux et les volets pour conserver la chaleur. Ou encore, n'oubliez pas de fermer la trappe de votre cheminée lorsque le feu est éteint.

Bientôt la maison bioclimatique ?


La "réglementation 2005" prévoit une amélioration de la performance énergétique de la construction neuve de 40% d'ici 2020. A terme, vivrons-nous tous dans une "maison bioclimatique" ? "Elle sera orientée au sud, avec des parois vitrées et un auvent pour se protéger du soleil en été, les murs seront en brique alvéolaire de terre cuite, sans ouvertures au nord, une isolation en laine de lin ou de mouton, ou en papier recyclé. Une chaudière utilisant des déchets de bois, moins chers que les énergies fossiles, complètera l'énergie solaire", explique le député UMP Jean-Marc Roubaud, auteur d'une question au gouvernement sur le sujet. En attendant le label promis par le ministère de l'Ecologie pour ce type de logement, les candidats à la construction peuvent prendre exemple sur José Bové et sa "maison new age" construite l'été dernier dans le Larzac (voir l'article "José Bové montre la voie...").

Sources
Capital

Posté par Adriana Evangelizt


Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : Ecologie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 5 février 1 05 /02 /Fév 21:04

José Bové montre la voie...

 

Précurseur, le leader altermondialiste s'est fait construire une "maison new age" dans le Larzac.

C'est le journal Le Monde qui l'a visitée en premier : "c'est une maison contemporaine en bois et en verre, montée sur pilotis. Un rêve d'habitat new age qui fait irrésistiblement penser aux maisons des bobos de la Côte ouest des Etats-Unis et du Canada. On y parvient au bout d'un sentier de caillasses..." Son constructeur : José Bové himself, dont la précédente maison avait vu sa porte défoncée par les gendarmes...

100% écologique
Qui dit "altermondialiste" dit "autre maison", construite à base de matériaux "sains et naturels" : "les murs sont en bois, l'isolation à base de liège et les peintures totalement naturelles et anti-cancérigènes, produites en Allemagne, où elles sont très répandues", explique le bureau d'études Nature et Habitat, présent à Nîmes et Millau, qui lui a fourni l'ensemble des matériaux. "Le chauffage et l'eau chaude proviennent de panneaux solaires mais aussi d'un poêle à granulés de bois, car la maison est exposée aux 4 vents, sur un plateau", à près de 1000m d'altitude à une vingtaine de km de Millau...

Coût de la construction : 1000 euros bruts par m² sans la main d'oeuvre, soit, pour 110m² de surface, "presque une maison Borloo", s'amuse l'ancien porte-parole de la confédération paysanne, cité par "Le Monde". Entre deux fauchages de champs d'OGM et sa pré-candidature à la présidentielle, José Bové a conduit le chantier lui-même tout l'été. Comment le font de nombreux particuliers : "ce sont des produits que l'on vend couramment, ça fait juste plus de bruit parce que c'est José Bové...", s'amusent ses promoteurs.

Produits 100% insoupçonnés !
Parmi les produits en catalogue, Nature et Habitat vante ses peintures et laques à partir de caséine, de poudre de marbre ou de... lécithine de soja ! Ou encore, pour l'isolation, le "corkoco", résultat de la combinaison de fibre de coco et de panneau de liège, et le chanvre, qui fait un tabac... D'autres constructeurs "écologiques" proposent des parpaings en bois massif ou des boues papetières, parmi des dizaines de produits classés "HQE" (Haute qualité environnementale).

Ces produits insoupçonnés, les Français les plébiscitent... en théorie : selon un sondage Ipsos/Le Moniteur paru en avril dernier, 77% se disent prêts à payer plus cher pour s'équiper de systèmes utilisant les énergies renouvelables, en particulier le solaire. 85% d'entre eux veulent des matériaux sains, et 93% des logements dotés d'équipements économisant l'énergie. Ou comment concilier écologie et économie...  

Sources Capital

Posté par Adriana Evangelizt

Par Adriana EVANGELIZT - Publié dans : Ecologie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Texte libre

 

 

 Votez pour José sur France Politique

 

Il y a  1  personne(s) sur ce blog

 

Votez pour mon blog, merci !

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus