Pour Bové et Besancenot, Royal n'est pas assez antilibérale

Publié le par Adriana EVANGELIZT

 

 

 

Pour Bové et Besancenot, Royal n'est pas assez antilibérale


Par Matthieu ECOIFFIER

 

 A gauche du PS, le constat est le même. Pour José Bové, «Ségolène Royal ne parvient pas à s'imposer sur le social, faute d'un projet qui remette en cause le modèle libéral. On l'avait déjà reproché à Jospin en 2002 : le PS court derrière l'économie et donne l'impression qu'il n'existe pas de levier pour redistribuer les fruits de la production, explique-t-il. Ségolène dit que les profits des entreprises sont nécessaires, mais elle ne propose pas de taxer les bénéfices des actionnaires pour financer une hausse de 300 euros des minima sociaux.» Résultat, des propositions de la candidate PS sur le pouvoir d'achat et l'emploi jugées au petit pied par la gauche radicale, et sans dynamique pour les propulser : «Sur le social, Royal n'a pas d'axe, analyse Alain Krivine, porte-parole d'Olivier Besancenot, le candidat de la LCR. Royal multiplie les diversions sur la Marseillaise et le drapeau parce qu'elle n'a rien à proposer de fondamentalement différent. Il y a une énorme attente et une grosse déception à l'origine de la démobilisation de la gauche.» 

 

Sources Libération

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article