José Bové avance quatre moratoires immédiats

Publié le par Adriana EVANGELIZT

José Bové avance quatre moratoires immédiats



Ils concernent : le réacteur EPR, les programmes autoroutiers, les projets d'incinérateurs, les OGM en plein champ.

Le candidat altermondialiste José Bové a ouvert, mardi 20 mars, en Gironde, son premier meeting de candidat officiel à la présidentielle en mettant fortement l'accent sur l'écologie, proposant notamment quatre moratoires et un ministère de l'Environnement renforcé.

Devant 500 personnes réunies à l'Espace d'Ornon à Villenave d'Ornon, banlieue bordelaise voisine de sa ville natale de Talence, José Bové a proposé la création d'un ministère de l'Environnement élargi qui intégrerait "l'agriculture et la pêche qui ne seront plus des secteurs spécialisés ni des lobbies industriels".

L'ancien porte-parole de la Confédération paysanne, qui a souligné qu'il est "le seul candidat paysan à l'élection présidentielle", a précisé que ce ministère placerait l'écologie "au coeur" de l'action politique et permettrait un véritable "service public de l'environnement", qui aurait pour effet de créer "des milliers d'emplois".

Mesures immédiates

José Bové a proposé "quatre mesures immédiates", quatre moratoires.

Ils concernent le réacteur EPR "inutile, dangereux et qui ne sert à rien", "tous les programmes autoroutiers" alors qu'il faut "changer nos modes de transport", l'arrêt de "tous les projets d'incinérateurs" et la fermeture de tous ceux actuellement en service.

Sans surprise, l'emblématique "faucheur volontaire" réserve son quatrième moratoire à la culture des organismes génétiquement modifiés (OGM).

"Je demande un moratoire immédiat et sans condition sur les OGM dans les champs", a-t-il lancé sous les applaudissements.

Pour l'agriculteur de l'Aveyron, "le modèle productiviste est incompatible avec les objectifs de préservation de la planète".

Solidarité Nord-Sud

José Bové se veut porteur d'un projet "basé sur la solidarité nord-sud" qui remettra en cause "les pratiques des multinationales prédatrices des biens communs de l'humanité".

Le leader alter-mondialiste s'en est également pris au candidat de l'UMP Nicolas Sarkozy qui, selon lui, a affirmé récemment que l'écologie est "une idéologie totalitaire" qui renvoie "l'homme à l'état sauvage". Selon José Bové, le ministre de l'Intérieur propose "une idéologie prédatrice, autoritaire et rétrograde". (Reuters)

Sources Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt




Publié dans Présidentielle

Commenter cet article