Les "relents à la sauce Vichy" de la "mouvance" Bové

Publié le par Adriana EVANGELIZT

 « le côté anarchiste de la mouvance Bové, mâtinée de terroir avec des relents de ‘’révolution nationale’’ à la sauce Vichy, plaît. » Voilà ce que l'on a pu lire dans les Dernières Nouvelles d'Alsace sous la plume de Jean-Claude Kiefer dont on sait très bien pourquoi il n'aime pas José Bové. D'abord parce que cet acrimonieux éditorialiste est un ultralibéral -c'est ce que nous pensons- qui voulait un OUI pour la constitution, tout comme il ne peut pas piffer Hugo Chavez..., nous nous arrêterons là mais la liste est longue des divergences entre Kiefer et José. Nous supposons qu'il préfère Sarkozy et ses "relents facistes" qui sont sans doute pour lui des relents humanistes ? Que Kiefer s'achète des lunettes, à notre avis sa vue baisse. A moins que... en soutenant l'idéologie de certain candidat il accuse les autres d'être ce que lui même est. Ce qui peut nous faire dire que la fameuse "sauce Vichy" dont il taxe la "mouvance Bové", c'est plutôt lui qui y trempe sa tartine. En tant que fils et petits-fils de résistants et pour certains d'entre nous d'ascendance judaïque mais antisionistes, nous ne nous laisserons  pas insulter parce que nous soutenons José Bové. A bon entendeur !

Le pluralisme éditorial en Alsace et les « relents »

de la « mouvance Bové ».


Nul ne conteste le droit des éditorialistes de la presse écrite régionale de porter des jugements tranchés. Ils sont là pour ça et c’est même leur fonction. Les « meilleurs » sont même cités le matin à la radio dans des revues de presse. Encore faudrait-il que la presse privée régionale ne soit pas en position de monopole ou bien qu’elle pratique un effectif pluralisme interne. Encore faudrait-il - les commentaires sont libres, les faits sacrés- que leurs commentaires éditoriaux reposent sur des faits vérifiés et incontestables. De ce point de vue, un record de désinformation ou de mauvaise foi a probablement été battu vendredi 2 février 2007 dans les Dernières Nouvelles d’Alsace.

C’était le lendemain de l’annonce officielle de la candidature de José Bové. Jean-Claude Kiefer tenait, ce 2 février, la plume éditoriale. Sur la même page 3, on pouvait lire un autre article, informatif, sur cette candidature, non signé, provenant probablement d’une agence de presse. Le moins qu’on puisse dire est que la comparaison ne tourne pas à l’avantage de notre éditorialiste.

L’édito, titré : « L’ ’’exception française’’ », note d’abord, un peu rapidement, que « la France est le seul pays d’Europe occidentale à aligner une collection de partis d’extrême gauche se prévalant encore d’une idéologie du XIX e siècle sans oublier un parti communiste qui a gardé cette dénomination entachée d’opprobre partout dans le monde. »

Mais, pire, « voilà qu’un José Bové est candidat à la présidentielle ! » C’en est trop ! Faisant un temps, mine de défendre son droit à la candidature contre « Marie Georges Buffet qui craint l’émiettement du vote protestataire, comme si le PCF détenait un monopole. », il revient vite à ses moutons : « Mais José Bové, tout de même ! » Et Kiefer de s’indigner pour le compte de tous les lecteurs des très pluralistes DNA : « ...la moindre des choses est de représenter un courant d’opinions ou de se prévaloir de quelques idées bien définies ».

Le malheur pour Kiefer c’est que, juste en dessous de son édito au vitriol, dans l’article informatif, on peut lire ceci : « Son programme, inspiré des 125 propositions des collectifs antilibéraux, va de la ‘’réduction massive du chômage à la hausse des minima sociaux en passant par un nouveau modèle de développement‘’ », et « les questions du nucléaire et des OGM seront soumises au débat citoyen. » Déjà beaucoup pour quelqu’un qui n’a pas d’« idées bien définies ». L’ignorance n’est pas un argument, sauf pour le Prince des éditorialistes d’Alsace.

Dans un style que nous ne commenterons pas, José Bové, dans l’article non signé, est présenté ainsi : « porte-voix des sans voix », « ...star altermondialiste... », « ... 5e champion de la gauche antilibérale...  », « ... ancien leader paysan... », « ... chemise bleu -jean-cadeau d’indépendantistes kanaks- manches retroussées...  », « ...une des rares personnalités de la société civile à briguer l’Elysée...  ». Le portrait dressé par Kiefer donne cela : « La gouaille, le picaresque, même l’aspect Jacquou le Croquant qui n’a pas peur des gendarmes ne suffisent pas.  » Notre ignorantissime ne veut rien savoir des 125 propositions dont se prévalent d’ailleurs d’autres candidats, Marie-Georges Buffet ou Olivier Besancenot, provisoirement épargnés.

Avant d’aller plus loin, rappelons que les Dernières Nouvelles d’Alsace, en position de monopole sur la région, prétendent être sans parti-pris. Sans doute sont-elles un exemple de ce pluralisme raisonnable que célèbrent l’Institut Montaigne, le rapport Lancelot et la revue Médias [1]. Sans doute est-ce la raison pour laquelle la pédagogie à sens unique tourne peu à peu au pamphlet sans réplique possible.

Car José Bové serait lui aussi une exception française : « Se déclarer ‘’antilibéral’’ et ‘’altermondialiste’’ revient à gesticuler avec des concepts difficilement compréhensibles hors de France ». La suite n’est pas mal non plus : « Faucher des champs OGM sous l’œil des caméras, c’est laisser publiquement l’agriculture à la remorque du progrès ».

Et ce n’est pas tout. Alors que Bové est leader de Via Campesina, une organisation paysanne internationale, du Nord au Sud, Kiefer prétend que « Les ambiguïtés bovésiennes sur la Politique agricole commune de l’UE claquent comme une gifle aux paysans de l’hémisphère Sud.. ». Et, « l’OMC, elle est diabolisée. » Bové ne présenterait pas « la moindre alternative crédible ».

Mais le pire est gardé pour la fin. En effet, selon notre éditorialiste délicat : « le côté anarchiste de la mouvance Bové, mâtinée de terroir avec des relents de ‘’révolution nationale’’ à la sauce Vichy, plaît. »

Fermez le ban !

ColMar

NB. Faut-il le dire ? Alors disons-le : Acrimed ne soutient aucun candidat...

1 Voir nos articles sur le sujet comme, par exemple, « L’Institut Montaigne « sauve » la presse : le marché, remède universel... ou presque » ou « Sacro-saint libéralisme : la revue Médias se prosterne.

Sources Acrimed

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article

Roland 02/03/2007 15:18

Eh oui! ce genre de maneuvre, d'artifice sournois et malhonnête est très pratiqué de nos jours par la "presse" nouveaux-chien-de-garde. La théorie en a été perçue et analysée dans un des chapitre du merveilleusement perspicace et spirituel petit livre (paru dans la collection "Les Mille et une nuits") "Le prophète du libéralisme" (imité de Gibran!) - dont je recommande la lecture roborative mais surtout vachemnt éclairante, sur tout les aspects du système actuel) - ainsi on y lit:- "et le Fascisme, Maître?Son fantasme sera votre meilleur serviteur. Chaque fois que le citoyen doutera de nos valeurs, vous le sonnerez comme un chien de garde. La peur du fascisme est douce à notre coeur; Elle est la clôture électrique, le leurre qui empêche les bêtes à cornes de quitter le pré."Et c'est aussi pourquoi dans je ne sai splus quel blog (mais c'est facile à trouver: il suffit de taper Bayrou Bové sur google) un "choniqueur" (de Libé je crois) après les avoir présentés dans leur aspiration de représenter les "sans voix" saute aussitôt sur l'ccasion pour ajouter une citation de  vous n'avez pas encore deviné? voyons! Le Pen, se disant le candidat des "sans voix"....etc, etc, c'est une maneuvre systèmatique. Tant que les gens seront assez cons pour "marcher" ,comme le troupeau sous l'ombre d'un chiffon rouge.