Sarkozy, danger majeur

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Voici un court extrait de la passionnante analyse de notre Ami, webmaster du site Les Maîtres du Monde. De la personnalité inquiétante de Sarkozy à son bilan négatif en passant par son futur programme qui fera de la France un satellite US, le constat s'avère plutôt terrifiant. S'il devient Président, voilà donc ce qui nous attend, vous ne pourrez pas dire que vous n'avez pas été prévenu. Voir aussi Le Sarkoscope.

Sarkozy, danger majeur

Rappel historique - "l'homme providentiel"

En 1933, à la suite d'une élection démocratique, Hitler accédait au pouvoir dans une Allemagne rongée par la crise économique, où les citoyens ordinaires avaient subi un appauvrissement sans précédent à cause d'un chômage massif et d'une inflation galopante, créant dans l'opinion un sentiment d'amertume et le désir d'un changement fort pour remettre l'Allemagne sur la bonne voie.

Hitler était alors perçu comme "l'homme providentiel", le seul ayant l'énergie et la détermination nécessaire. Il bénéficiait du soutien du patronat et des classes aisées, en même temps que d'une partie des classes populaires victimes de la crise. Le danger représenté par Hitler était alors complètement sous-estimé ou ignoré par les médias et par la majorité de "l'intelligentsia".

A l'issue de la seconde guerre mondiale, les Allemands, et dans une moindre mesure les Italiens, ont durablement pris conscience des dangers du fascisme. Mais cette prise de conscience n'a pas eu lieu en France, où le régime fasciste de Vichy pouvait être considéré comme imposé par la défaite et l'occupation, et non véritablement choisi par les Français, alors qu'en réalité, les fascistes représentait une force politique importante en France pendant les années 30, et le régime de Vichy bénéficiait d'un large soutien populaire. Mais les Français se sont dispensés de faire leur examen de conscience, et la "bête immonde" n'a pas été éradiquée dans les esprits comme en Allemagne. D'où la montée en puissance du Front National et l'actuelle dérive du principal parti de droite (l'UMP) vers l'extrême-droite.

Nous sommes aujourd'hui au 21è siècle, et le fascisme est de retour avec un nouveau visage. Il a évolué vers une forme "moderne", débarrassé de l'antisémitisme, mais en conservant les mêmes principes et les mêmes méthodes: autoritarisme, culte de la répression, mépris de la démocratie, propagation de la haine, désignation de boucs-émissaires, et absence de scrupules ("la fin justifie les moyens").

Ainsi, Nicolas Sarkozy n'est pas antisémite (au contraire), mais il est violent, rempli de... la suite...

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans José et la droite

Commenter cet article

rtbt139 07/04/2007 09:53

UN FRONT REPUBLICAIN contre Sarkozy et Le Pen s'impose d'urgence.
« L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent : elle compromet, dans le présent, l'action même. » écrivait justement Marc Bloch dans l'étrange défaite. Il peut  apparaître que
La gauche anti-libérale ne sera pas présente au deuxième tour et -il faudra bien un gouvernement pour gouverner- et les solutions de Ségolène Royale et de Bayrou ne seront pas les pires. Qu’en bonne dialectique marxiste les candidats de dispersion des voix républicaines se positionneront en fait en complices objectifs de Sarkozy et pire de Le Pen.
Alors comme il l’est suggéré dans « parole aux lecteurs du Nouvel Obs du 29 mars au 4 mars. » en faveur de Ségolène Royal.  
Quand les quatre mousquetaire de l'ultra gauche... nous répètent la main sur le coeur, qu'ils veulent que Sarkozy soit battus, on leur dis : chiche! Qu'ils utilisent leur temps de parole gratuit pour exprimer leurs idées et il y en a de bonnes, d’accord
Mais alors qu'ils se désistent AVANT le premier tour en incitant leurs sympathisants à voter sur un "votez qui vous voulez sauf Sarkozy et Le pen !
 
« Cette présidentielle n'est pas une élection ordinaire. Son enjeu est vital: empêcher la France de sombrer dans le fascisme. En annonçant son intention de créer un ministère de "l'identité nationale", Nicolas Sarkozy a confirmé le caractère totalitaire et vichyste de son projet.
SOURCE :  http://www.syti.net/Blog/Blog1.html#Bayrou2
Fils de France http://leweb2zero.tv/video/l3m_29460c3185a56a8
 

Jacques BILLAUDEL 01/03/2007 11:18

Votre article est vraiment très intéressant. Il mérite une très large publicité car nos concitoyens ne se rendent pas compte du danger réel que représente Nicolas SARKOZY. Vous avez raison de faire un rappel historique pour l'année 1933 et ses suites. Bien sûr Nicolas SARKOZY ne va coller d'étoile jaune et les juifs ne seront pas persécutés. Vous décrivez bien le profil de l'homme. Quant à ses "copains" il suffit de relire le débat à l'assemblée nationale concernant la loi Chevènement sur l'immigration. Les positions extrêmistes d'ESTROSI, MARIANI, ACCOYER, OLLIER - entre autres - en disaient long sur l'importance de l'extrême droite dans le RPR de l'époque.
J'espère que José BOVE aura les 500 signatures pour entrer dans la Comédie Présidentielle. En 1958 j'ai voté NON au référendum constitutionnel qui a créé la Ve République. Ceux qui ont voté OUI n'ont rien compris, et surtout n'ont pas vu que cette nouvelle constitution était un costume sur mesure pour de Gaulle et que ce texte devait à l'avenir empêcher toute alternance politique. A l'époque François MITTERRAND et de façon encore plus pédagogique Pierre MENDES-FRANCE ont dénoncé ce texte et mis en évidence le danger de l'article 16. Nous avons connu le pouvoir personnel de de Gaulle et son incapacité à régler le problème algérien. Les accords d'Evian ont été approuvés par la gauche. De Gaulle ne pouvait pas compter sur ses troupes et ceux de "son camp" qui étaient favorables à l'OAS. L'élection de François MITTERRAND en 1981 a été un accident causé par les bisbilles de la droite au lieu d'être une véritable adhésion de l'électorat populaire à une politique de gauche. Nous avons rapidement glissé avec Jacques DELORS vers une politique de "réalisme socialiste" chère à Michel ROCARD et à la CFDT (Edmond Maire). Aujourd'hui je crois revivre les années Guy MOLLET, nous n'avons rien de bon à attendre du PS et de Ségolène ROYAL. Pour cette raison Nicolas SARKOZY est encore plus dangereux car les voix populaires "de la gauche silencieuse" vont se disperser sur LE PEN, BAYROU, SARKOZY, ROYAL et rien ne permet aujourd'hui d'affirmer que Segolène ROYAL sera présente au second tour. Alors, au second tour il faudra voter n'importe quoi pour faire barrage au "despotisme prévisible" de Nicolas SARKOZY.
J'ai sur ce blog ainsi que sur le blog "Rentre chez toi" mais aussi sur le blog "Mots et Débats" (blog libé) passé des commentaires qui attirent l'attention sur le risque de l'usage de l'article 16 après éventuellement des manifestations qui signifiraient que le populo berné relève la tête. Oui, je partage votre point de vue. Avec Nicolas SARKOZY "tout est possible" c'est-à-dire le pire. L'enjeu est bien la défense de la République
Jacques BILLAUDEL retraité