José Bové dénonce le blocus sur les signatures

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Il est clair que ce blocage des signatures est totalement inadmissible. On voit là la mentalité des politiques.

 

José Bové dénonce le blocus

des grands partis sur les signatures

Bové annonce qu'il fera une déclaration ce mercredi midi pour dénoncer la difficulté pour les candidats qui se présentent à la présidentielle hors des grands partis d'obtenir les signatures d'élus nécessaires.

Le candidat d'Alternative à gauche, comme d'autres leaders de petites formations, accuse l'UMP, l'UDF, le Parti socialiste et le Parti communiste de faire pression sur les élus locaux pour qu'ils n'accordent pas leur parrainages.

"Je vais faire une déclaration à midi même devant le Conseil constitutionnel pour alerter sur les menaces qui sont en train de peser sur la démocratie dans ce pays", a déclaré le leader altermondialiste sur la chaîne de télévision LCI.

"Tous les partis qui ont des élus représentés à l'Assemblée nationale bloquent aujourd'hui les signatures. En même temps, il y a des pressions dans les départements sur les élus locaux, chantage aux subventions", a-t-il accusé.

"On ne peut pas accepter que la démocratie soit confisquée par quatre partis politiques qui représentent à l'Assemblée nationale moins de 40% des électeurs de ce pays", a-t-il ajouté.

La collecte officielle des 500 signatures nécessaires pour qu'un candidat puisse se présenter à la présidentielle doit débuter jeudi avec l'envoi des formulaires qui sera déclenché par la publication du décret de convocation des électeurs au Journal officiel.

Dans une lettre ouverte à Ségolène Royal publiée jeudi, deux porte-parole de José Bové dénoncent un "abus de pouvoir" et une "volonté de verrouillage" et demandent officiellement à la candidate socialiste de débloquer la situation.

"L'argument du chantage aux subventions est évoqué, notamment à l'égard d'élus non encartés qui souhaiteraient apporter leur parrainage à la candidature de José Bové. Des collectivités territoriales présidées par des membres de votre parti seraient ainsi à l'origine de pressions, qui, vous le savez, sont répréhensibles selon la loi", déclarent France Coumian et Yannis Youlountas.

"C'est pourquoi, madame la candidate, nous vous demandons d'intervenir pour lever cet embargo électoral subi par la candidature de José Bové et prouver ainsi votre volonté de rassembler le peuple et en particulier la gauche dans toute sa diversité".

Alternative à gauche promet de rendre publiques trois autres lettres ouvertes à l'UMP, au PCF et à l'UDF dans la journée.

Au cas où les "déclarations fortes" ne suffiraient pas, José Bové prévoit "d'autres formes d'interventions dans les jours qui viennent".

"Les Français sont parfaitement choqués de cette situation. Le fait que des élus aujourd'hui n'ont pas la liberté de pouvoir donner leur parrainage est quelque chose qui est inacceptable. Quand on demande aux citoyens d'aller voter et de faire leur devoir civique, dans le même temps, on interdit aux élus de pouvoir faire le leur. C'est quelque chose qui ne fonctionne pas", a ajouté l'ancien porte-parole de la Confédération paysanne sur LCI.

Sources L'Express

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article