Mort de Papon : les politiques réagissent

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Mort de Papon : les politiques réagissent

# Au lendemain de la mort de l'ancien collaborateur, François Hollande a estimé que c'est "le symbole de la Collaboration de l'Etat français qui disparait".

# Pour José Bové, "Maurice Papon illustre les dérives d'une République toujours trop faible lorsqu'il s'agit de combattre l'antisémitisme et le racisme".

La classe politique ne s'est pas bousculée pour réagir à la mort samedi de Maurice Papon. C'est François Hollande qui a lancé dimanche matin les commentaires. "Maurice Papon est mort vieux et libre mais sans honneur et sans dignité", a dit le Premier secrétaire du PS. Il juge que "c'est le symbole de la collaboration de l'Etat français qui disparaît". "Je veux penser aux familles des victimes qui ont obtenu sa condamnation mais jamais de sa bouche la moindre excuse, la moindre demande de pardon", a-t-il dit sur France Inter. Pour Marine Le Pen (sur France 5) : "une des dernières figures de Vichy, après Mitterrand. J'espère que c'est une page qui est définitivement tournée maintenant".

Du côté des candidats à l'Élysée, Philippe de Villiers a déclaré dimanche que le souvenir de Maurice Papon "ne doit pas salir l'image de la France", l'associant au passage à François Mitterrand. "Papon n'est pas la France", a dit M. de Villiers lors de l'émission Dimanche + sur Canal +. Selon Arlette Laguiller, "Papon est donc mort dans son lit, tout comme Pinochet d'ailleurs, au bel âge de 96 ans... Il a eu une longue et belle vie. Il avait sur la conscience non seulement les juifs déportés, mais aussi, on n'a jamais su combien d'Algériens massacrés lors d'une manifestation le 17 octobre 1961 à Paris. Il avait aussi sur la conscience la mort de neuf manifestants communistes du fait de sa police au métro Charonne, en février 1962".

Dominique Voynet (Verts) a souligné (sur France 5) de son côté que la mort de Maurice Papon "n'enlève rien à la douleur des personnes qui ont suivi ce procès" et "aux interrogations de ceux qui se demandent comment cet homme-là a été protégé pendant si longtemps". Pour José Bové, "Maurice Papon illustre les dérives d'une République toujours trop faible lorsqu'il s'agit de combattre l'antisémitisme et le racisme". Marie-George Buffet, candidate PCF à la présidentielle, a pour sa part affirmé dès samedi que "la mort de Maurice Papon ne tourne pas la page de ses crimes". "Il aura fallu près de 60 ans pour qu'il réponde de l'envoi de milliers de juifs dans les camps de la mort. Si tardivement condamné pour ces crimes contre l'humanité, il aura bénéficié jusqu'à sa mort d'un traitement de faveur", a-t-elle déclaré.


Sources
LCI

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Présidentielle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques BILLAUDEL 22/02/2007 08:41

La sortie définitive de Papon est l'occasion de faire un retour en arrière sur la période du régime de PETAIN-LAVAL. Ces hommes tenaient leur pouvoir d'un parlement qui s'est couché sauf 80 de ses membres qui n'étaient pas tous de gauche. Enfant, dans mon immeuble au centre de Paris, il y avait trois familles juives. Elles sont parties. Où ? Elles ne sont jamais revenues. Autour de moi ON disait qu'elles ne reviendraient pas. En juin 1944 lorsque le vent tourne, la France pétainiste à 95 % fait sa mue lentement. Les services de l'Etat français et une grande partie de son personnel dont la police étaient au service de PETAIN-LAVAL et en faisaient plus que demandé. Le troupeau de moutons à suivi le mauvais berger. La France de cette époque c'était aussi le Cardinal SUHARD, le maire du 1er Arrt. de Paris CHEDEVILLE qui ne figure pas sur le tableau des anciens maires de l'arrondissement. La résistance n'a été qu'une affaire de minoritaires - de droite et de gauche confondus - hommes et femmes d'honneur et de convictions. A ceux qui n'ont pas vécu cette période je recommande le film courageux de Losey dont le rôle titre est interprété par Alain DELON "M. KLEIN" et aussi l'épais journal de Léon WERTH "DEPOSITON" Ed. G. Hamy. Ce journal d'un juif refugié en Bresse est un portrait des Français de l'époque de l'occupation. Nous sommes loin du mythe créé par de Gaulle d'un peuple français fier et courageux. A la libération un tri a été fait mais il n'était pas question de juger les "puissants" qui avaient appuyé le régime honni. L'argent sale était nécessaire pour refaire le pays. Louis RENAULT en a fait les frais, pour l'exemple.
Beaucoup de pétainistes ont épousé la cause Gaulliste. PAPON était le serviteur des régimes en place. De Pétain, en passant par la quatrième république et le coup de force de de Gaulle en 1958 et la cinquième république. Il a servi l'état avec zèle et a estimé jusqu'à sa mort qu'il avait bien servi SES MAITRES. Nous pensons qu'il n'a pas servi la France. La déportation de juifs a été massive mais il ne faut pas oublier que le Parti Communiste a été aussi massivement visé. Il était le seul parti organisé pour passer à la clandestinité. L'histoire a montré que lors des guerres d'Indochine et d'Algérie, les opposants à ces guerres étaient peu nombreux. Il a fallu le courage de Témoignage Chrétien pour publier le Dosssier Jean Muller sur la torture en Algérie. Il a fallu Henri ALLEG, Pierre VIDAL-NAQUET, Claude BOURDET, des noms à titre d'exemple, pour dénoncer les actes qui étaient la honte de notre pays. PAPON était toujours le serviteur zélé du régime gaulliste qui n'a pas mis fin à la torture. Pour toutes ces horreurs PAPON a eu droit à une belle médaille avec un beau ruban rouge. Rouge comme le sang des victimes de toutes les guerres depuis Napoléon. A deux mois de l'élection présidentielle nous avons à combattre un candidat qui rêve depuis fort longtemps d'être Président de la République. Son programe se résume à sa seule ambition. Avec Nicolas SARKOZY tout est possible, même le pire.