Coût du programme de Bové : 160 milliards d'euros

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Coût du programme de Bové :
160 milliards d'euros

 

Le leader altermondialiste entend financer son programme selon le "principe" d'une "modification du partage des richesses".

Le coût du programme de José Bové, candidat altermondialiste à la présidentielle, est évalué par son équipe de campagne à 160 milliards d'euros. Un chiffre beaucoup plus important que ceux des deux principaux candidats: Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy ont évalué eux-mêmes leur projet entre 30 et 35 mds, des experts indépendants les estimant à 50 mds.


Sur ces 160 milliards d'euros, la moitié est allouée à la création de 3 millions d'emplois nouveaux, 50 mds à la revalorisation des salaires (Smic et temps partiels) et 30 mds à la revalorisation des revenus sociaux (minima sociaux, chômage, allocation jeunes).


Le leader altermondialiste entend financer son programme selon le "principe" d'une "modification du partage des richesses". Il s'agit d'opérer "un transfert allant des revenus financiers vers les salaires et les cotisations sociales". La part salariale doit atteindre deux tiers de la richesse nationale (PIB) contre un tiers aujourd'hui.
Le programme entend réduire la dette publique - en revenant sur les baisses d'impôts concédés aux riches et en imposant les gros détenteurs de titres de la dette de l'Etat.

Sources Nouvel Observateur Blog

Posté par Adriana Evangelizt



Publié dans Le programme de José

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

en taule, le Bové ! 16/02/2007 20:39

Quel naze ce bové ! Il se croit au-dessus des lois, ce qui est bien c'est ce qui lui semble juste. Tout comme Hitler. Ce type est un vrai danger.

PASCAL-OBERSON Gilbert 16/02/2007 19:26

Et il va aller les chercher où  Les 160 milliards d'euros ?  Dans la poche des classes moyennes ? Pas de bol car d'autres les ont déjà vidées. Ce serait quand même bien si José prenait la peine de vérifier ce qu'il affirme haut et fort comme par exemple la dérive de 10% du partage de la valeur ajoutée entre la rémunération du travail et celle du capital car celle-ci n'a quasiment pas bougé depuis 1970.  Qu'i prenne donc la peine de lire un article paru dans le N° 254 (janvier 2007) d’Alternative Economique qui explique parfaitement le problème, cela lui évitera de dire de telles énormités.Je tiens à vous préciser que je ne suis pas actionnaire mais salarié moi-même et il n'en reste pas moins vrai que l'écart entre riches et pauvres devient de plus en plus indécent.

laurent 16/02/2007 16:02

salut à tous
Je suis convaincu par le bien fondé des propositions de josé elles sont absolument nécessaire.
Mais j'ai un doute sur le financement de ce projet ambitieux et surtout sur le fait que bon nmbre de petites pme risquent de ne pas pouvoir payer leurs employés à de tels salaires.Et cela risque en plus de faire partir vers d'autres cieux beaucoup de richesses.
Qu'en pensez vous et merci de me répondre sur ces 2 points qui me paraissent quand meme importants.