José condamné mais toujours candidat à la présidentielle

Publié le par Adriana EVANGELIZT

José Bové condamné mais toujours

candidat à la présidentielle

 

José Bové a été condamné, ce jour, à quatre mois de prison ferme par la Cour de cassation de Paris, suite à un arrachage de maïs transgénique en 2004. Cette décision ne fauche pas les ambitions du leader altermondialiste puisqu'il maintient sa candidature à l'Elysée.

José Bové, officiellement candidat à la présidentielle depuis jeudi dernier, a été condamné à quatre mois de prison ferme. Ce verdict, rendu aujourd'hui par la Cour de cassation, dépend maintenant d'une prochaine décision d'un juge d'application des peines. Le magistrat aura notamment la charge de définir les conditions de détention du leader altermondialiste. "C'est une décision grave", a affirmé à la presse José Bové, à l'issue du délibéré, ajoutant qu'il serait "peut-être le premier prisonnier politique à être en même temps candidat à l'élection présidentielle".

En juillet 2004, José Bové avait arraché, avec sept autres militants anti-OGM, du maïs transgénique, à Menville (Haute-Garonne). L'ancien leader de la Confédération paysanne s'était pourvu en cassation contre sa condamnation, infligée le 15 novembre 2005, par la cour d'appel de Toulouse. Le co-fondateur de la Confédération paysanne a rappelé qu'il était allé "plusieurs fois en prison", notamment après le saccage du restaurant McDonald's de Millau.

Pour l'heure, différentes alternatives sont envisagées au sujet de José Bové. D'un côté, la complexité de la procédure pourraît décaler le règlement de l'affaire après les élections présidentielles, évitant ainsi au leader altermondialiste de faire campagne derrière les barreaux. Une autre hypothèse précise que, compte tenu de la durée de la peine requise, José Bové pourrait être condamné à porter un bracelet électronique.

Cette solution ne réjouit guère le paysan du Larzac: "je refuserai le bracelet", a-t-il déclaré sur Canal Plus en estimant qu'un tel dispositif n'était "pas acceptable". Quelque soit l'issue du procès, José Bové restera candidat à la présidentielle, comme il l'affirmait, hier soir, sur France 3: "Je continuerai ma campagne de quelque manière que ce soit". En attendant, il profitera de sa liberté puisqu'il participera, ce soir, à son premier meeting à Aubagne, près de Marseille.

Sources La Tribune

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cmoa 08/02/2007 21:04

Quel cinéma il nous fait avec son pseudo combat! et dire qu'il est  prisonnier politique? c'est prendre les gens pour des cons. En fait cet espèce d'enfoiré profite du système pour son propre compte. Et que je voyage à l'oeuil par ici, puis par là et que j'emmerde le monde... Il n'a jamais rien branlé de sa vie et espère bien que ça va continuer en remuant la merde comme il le fait.Que la justice passe et qu'ils le foutent en tole pour longtemps. Cet emplatre nous fait regréter les oubliettes!!!

Jean-Michel 08/02/2007 10:43

Il a quand même une bonne tête de vainqueur ce José ! Nom d'une pipe !
Sauf que cette fois, il a perdu ! Niark Niark Niark...

OGM 08/02/2007 00:11

La loi, c'est la loi, et il faut avoir le courage d'assumer les conséquences de ses choix délictueux.Des agriculteurs qui vandalisent des bureaux administratifs avec violence, écrasent de la nourriture alors que d'autres crévent la faim, et des CRS qui les regardent passivement, quels exemples pour nos enfants !

VERITAS 08/02/2007 00:08

"Prisonnier politique" tu dis mon p\\\'tit José.Quelle honte, nelson mandela lui était un prisonnier politique et était bcp plus héroïque que toi avec tes gamineries d\\\'arrachages de champs d\\\'ogm.

J. Marqués 07/02/2007 23:49

    Bonsoir,
    Juste pour rappeler qu'il est difficile de pratiquer la désobéissance civile (même motivée par une très forte conviction personnelle ou partagée) et se réclamer par ailleurs de la démocratie. Plus difficile encore de vouloir alors tenir les rènes.... pour conduire quoi et comment, alors ???
   Quant à l'évocation d'une raison politique à sa condamnation... c'est "fort du café" !!! Que veut-il dire, là, hein ? Ignorerait-il donc (et alors il ne connaîtrait absolument rien aux stratégies, mais voudrait malgré tout être élu !...) une chose très facile à comprendre : sa candidature nuit plus à la gauche qu'elle divise qu'à une droite qui s'en frotte les mains de bonheur, pardi...
   Alors et pour l'amour de dieu : que l'on veuille bien cesser de dire tout et n'importe quoi, n'importe comment...
  Bonne nuit.