José ne grignote pas l'électorat de Royal

Publié le par Adriana EVANGELIZT

"José Bové ne grignote pas l'électorat de Ségolène Royal"

Frédéric Dabi, directeur du département opinion publique de l'IFOP

Que disent les premières enquêtes d'opinion sur la candidature de José Bové ?

Dans le baromètre IFOP-Paris Match du 1er février, José Bové se situe à 3 % d'intentions de vote. Dès la première mesure, il fait autant que les candidats d'extrême gauche et du Parti communiste. Mais il ne perce pas, son score restant en décalage avec sa popularité. Et dans ce cadre-là, il y a une légitime déception.

Lorsqu'on observe les reports de voix entre les différents candidats, José Bové prend chez les Verts – puisque Dominique Voynet passe chez nous de 3 % à 2 % – ainsi qu'à l'extrême gauche.

Cette candidature peut-elle être utile, paradoxalement, à Ségolène Royal ?


José Bové ne grignote pas l'électorat de Ségolène Royal. Au contraire, il gonfle le total des voix de gauche, à l'issue du premier tour. En effet, dans la plupart des enquêtes faites avant la candidature de José Bové, ce total des voix de gauche est plus faible. Il se situe parfois en deçà des résultats obtenus par la gauche le 21 avril 2002, et très loin du score du premier tour des élections régionales par exemple.
Dans ce cadre, la candidature Bové peut permettre à Ségolène Royal d'aborder un éventuel second tour dans des conditions nettement meilleures, avec un total de voix de gauche beaucoup plus solide.



Propos recueillis par Nabil Wakim

Sources Le Monde

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Présidentielle

Commenter cet article