Bové, qui en a envie, se donne jusqu'au 1er février

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Candidature 2007: Bové, qui en a "envie",

se donne jusqu'au 1er février

L'altermondialiste José Bové a affirmé samedi avoir "envie" d'être candidat à la présidentielle pour les anti-libéraux, et fixé le 1er février comme date-limite pour dire: "on y va".

"Quelque chose de tout à fait étonnant est en train de se passer", a-t-il déclaré devant quelque 700 membres des collectifs anti-libéraux créés dans la foulée de la victoire du non au référendum européen, réunis à la mairie de Montreuil (Seine-Saint-Denis).

Auparavant, nombre de participants lui avaient demandé d'être leur candidat. La féministe Hamida Ben Sadia parlait de "formidable mobilisation", observant qu'"il y a plus de gens qui signent la pétition demandant à Bové d'être candidat que dans les collectifs anti-libéraux".

"José Bové ne sera pas un candidat de plus, mais un candidat unitaire", lançait Sylvie, d'Aubagne. "Nous devons être à la hauteur de ce que nous avons semé", soulignait Alain Berto (PCF). "Unité, unité, unité !", criait l'assistance. Jacques Perreux, vice-président PCF du Val-de-Marne, appelait à "créer l'électrochoc" pour "déranger le scénario des présidentielles".

Les responsables de la pétition, lancée il y a deux semaines pour demander à José Bové de se lancer, annonçaient 25.000 signatures. Selon eux, Bové, "la voix de ceux que l'on n'entend jamais", serait capable d'entraîner une partie des abstentionnistes de 2002.

"J'ai un picotement dans le ventre. Si vous avez envie d'y aller, moi aussi j'ai envie d'y aller, on a envie d'y aller ensemble", a lancé M. Bové, qui a renoncé à se rendre à Nairobi au Forum social mondial.

"Même si Olivier Besancenot n'a pas voulu l'entendre", le projet des altermondialistes n'est pas, selon lui, "compatible avec le projet socialiste". L'adversaire est "le projet libéral, qu'il soit social-libéral ou de droite".

Bové a semblé vouloir ainsi donner des gages au leader LCR qui avait expliqué sa propre candidature par l'absence d'engagement clair des altermondialistes à ne pas se rapprocher des socialistes au pouvoir.

"Si on ajoute les collectifs à ceux qui ont signé la pétition, un sacré mouvement s'est mis en marche", selon M. Bové.

"Je veux rester prudent, il faut qu'on soit sûrs d'être capables de mener ce travail jusqu'au bout, il faut vérifier dans la semaine que tous les paramètres sont réunis et être capables de dire le 1er février : on y va", a-t-il dit.

Quelques responsables du collectif national ont émis des réserves, sous les huées de l'assistance, notamment Yves Salesse (ex-Copernic), favorable à une campagne pour le retrait préalable des candidatures de Marie-George Buffet (PCF) et Besancenot.

"Ca ne va pas de soi de dire qu'on va soutenir un candidat supplémentaire quand on a défendu l'unité auparavant", observait Clémentine Autain (app. PCF).

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt





Publié dans Présidentielle

Commenter cet article

samf 22/01/2007

Lamentable !!!!  Dramatiquement lamentable  !!! un faux campagnard  qui veut devenir un vrai candidat !!! Le royaume des ambitieux et des opportunistes compte un nouvel hôte ; Au lieu de gesticuler et de déplanter, il serait préférable de créer !

humaniste 22/01/2007


Je n’ai rien contre JB et j’approuve beaucoup ses idées, mais non d’une pipe (pour rester encore une fois poli), pourquoi cette division après nous avoir fait croire à cette union ?
Dans le texte déposé plus haut (où il y a quelques coquilles de frappe), j’ai clairement demandé l’UNION, UNION, UNION ET ON EST SERA SECOND TOUR !
Vous ne pouvez pas imaginer cette voie "Royale" de voir le PS se désister pour nous, ou du moins, établir un véritable projet de gouvernement avec notre programme !
Comment pouvez-vous refuser une telle opportunité ?
Toujours le même retraité de Gauche humaniste
 

HUMBLOT GARRABET SIMONE 22/01/2007


M.Bové, vous seul avec votre charisme votre objectivité, dans le contexte actuel avez la capacité de provoquer l’électrochoc parmi les candidats potentiels déclarés ou investis, pour que toutes ces forces de gauche se retrouvent autour d’une table ronde et qu’enfin une solution commune soit trouvée et qu’un candidat porteur de cet espoir soit désigné.
Tout simplement Merci

Cab' 23/01/2007

Bonjour, je trouve ce site très bien fait alors je me suis permis de mettre un cours billet renvoyant ici sur mon blog. Même si je ne partage pas toujours les méthodes de José, je pense que certains politiques devraient prendre exemple sur lui en ce qui concerne leur "engagement politique" en tant qu'homme (ou femme). C'est un homme qui se bat pour ses convictions avec tout ce qu'il a dans le ventre, et ça je le respecte profondément. Cab'

lili 23/01/2007

Marie-Georges Buffet est-elle capable de rassembler derrière elle des électeurs de tous les horizons ? Et Olivier Besancenot ou Arlette Laguiller ? Qui en serait capable ? A part José Bové, je ne vois pas bien...
Et pourquoi lui ? Parce qu'il a mené des combats sans concession, qu'il a même été jusqu'à la prison pour cela ! Parce qu'il parle vrai, sans une cohorte de conseillers qui n'empêchent pas toujours les langues de fourcher (rappelez-vous le défaut de SR, malgré sa bravitude). Aujourd'hui, on rend hommage à des "justes" pour ce qu'ils ont fait il y a 50 ans. Devra-t-on attendre autant ?
Les communistes sont largués, mais croient toujours être sur le devant de la scène. La LCR avant Besancenot, c'était insignifiant, LO sans le coup de pouce des guignols, c'était paye ta campagne ! Quoi qu'il en soit, chacun de ces candidats, même si les autres se retiraient, n'arriverait pas à un score faramineux. Sauf, peut-être, José Bové. Quel domage si on ne saisit pas cette chance !
Y en a marre du chômage, de la précarité, et pour ceux qui ont "la chance" d'avoir un travail, du harcèlement au boulot, possible justement parce que le chômage et la précarité planent au-dessus des têtes. Y en a marre de cet avenir qu'on propose à nos enfants, y en a marre de pas savoir ce qu'on mange, y en a marre de payer des loyers 10 fois plus cher que ce que ça vaut, y en a marre des somnifères que nous injectent les dirigeants de ce pays, à coup d'annonces médiatiques (20000 logements sociaux, quand les fonds débloqués n'en concernent que le dixième), y en a marre du sacro saint taux de croissance, qui ne sert qu'à calculer le taux de rentabilité des grosses entreprises...
Je m'arrête, mais la liste est longue !