José Bové dénonce le patriotisme d'appareil

Publié le par Adriana EVANGELIZT

José Bové dénonce le "patriotisme d'appareil"




Dans un entretien paru mardi 26 décembre dans le quotidien régional Sud Ouest, le syndicaliste paysan José Bové regrette "le patriotisme d'appareil" qui a empêché la désignation d'un candidat commun de la gauche antilibérale. Marie-George Buffet, première secrétaire du Parti communiste, s'est finalement lancée dans la bataille présidentielle sans l'appui des collectifs antilibéraux, alors que M. Bové, un temps candidat à la candidature, s'est retiré de la compétition.

"Il s'est passé ce que je redoutais, le patriotisme d'appareil a rapidement repris le dessus", indique M. Bové, commentant l'éclatement du front commun né à la gauche de la gauche après le non à la Constitution européenne.

"NOUS POUVIONS OBTENIR UN SCORE À DEUX CHIFFRES"


"A partir du moment où nous ne pouvions plus agir de façon collective parce que le PC et la Ligue communiste révolutionnaire jouaient individuellement, je n'avais plus qu'à me retirer, ce que j'ai fait", explique le syndicaliste. "L'émiettement est une maladie infantile de la gauche française apparemment incurable", poursuit M. Bové, estimant que "les gens avaient envie d'autre chose en politique et que nous pouvions obtenir un score à deux chiffres nous permettant de poser des questions fondamentales".

De plus, il affirme, dans cet entretien, qu"'il faut tout faire pour battre Nicolas Sarkozy", un homme "très libéral et dangereux". "Ses discours sur les banlieues ne font qu'attiser les haines. Il ne peut qu'accroître la fracture sociale", ajoute-t-il. Il ne lance, en revanche, aucune attaque contre Ségolène Royal, attendant "de voir la suite des événements".

Familier des combats écologistes, M. Bové se montre, par contre, prudent à l'égard de Nicolas Hulot, dont il juge le projet "creux". "Il ne s'attaque pas aux vrais responsables de la crise écologique, les multinationales notamment." "Le constat qu'il nous propose a été fait depuis longtemps", remarque-t-il, mais "on ne peut pas défendre l'écologie sans remettre en cause l'ordre économique de la planète."

Sources
Le Monde

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Présidentielle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sylvie 15/01/2007 22:04

je ne savais pas que l'enjeu pour 2007 était de laminer le PCF ???
j'avais cru comprendre que c'était le libéralisme notre ennemi, mais je dois être trés trés bête!!
 

marc d HERE 15/01/2007 17:46

José Bové sera un excellent candiat pour les anti libéraux, capable de faire entre 7 et 10% des voix.....;Il ramènera le PC à moins de 2% et privera Madame Royal des 4 ou 5 points qui auraient pu la faire figurer au 2ème tour....

HB.RESISTANT SOLIDAIRE 06/01/2007 16:43

Il a parfaitement raison mais n'est-il pas trop tard pour tout de même trouver quelqu'un ( dont peut-être José ) pour mener les collectifs citoyens à la bataille sans les communistes de Buffet ?
En ce qui me concerne, engagé dans les batailles depuis le Larzac 2003, je suis désespéré si nous n'arrivons pas à présenter quelqu'un: je resterai chez moi pour le 1° et le 2° tour des élections.