Radicale et divisée

Publié le par Adriana EVANGELIZT



Radicale et divisée





L'annonce par José Bové, dans Le Monde du 25 novembre, du retrait "pour l'heure" de sa candidature comme représentant du mouvement antilibéral à la présidentielle de 2007 illustre l'incapacité de la "gauche de la gauche" à sortir du syndrome de la division. La lumière jetée sur cette difficulté, voire cette incapacité, à s'unir est d'autant plus cruelle que le PS, par contraste, a réussi jusqu'ici à se mettre en ordre de bataille presque comme à la parade.


Nul ne sait si, au bout du compte, un accord se dessinera sur le nom d'un(e) candidat(e). Mais les dégâts, en termes d'image, sont déjà faits. Cela fait deux mois que la gauche de la gauche ne parvient pas à désigner son champion, alors même que les premières discussions avaient dégagé plus de convergences que ce qu'attendaient des acteurs surtout unis, jusque-là, par le non au référendum européen de mai 2005.

Les rivalités personnelles et partisanes sont bien sûr présentes. M. Bové n'a pas senti dans les comités "unitaires" de base l'attente qu'il espérait, ce qui a sans doute pesé sur son choix. De manière plus fondamentale, un clivage est apparu entre ceux qui avaient l'expérience du gouvernement (le PCF), voire d'un mandat exécutif local significatif (Clémentine Autain, adjointe au maire de Paris, chargée de la jeunesse), ou même ceux qui voudraient se lancer dans l'aventure (une partie de la LCR) et ceux qui campent sur des positions revendicatives. Ce clivage se retrouve notamment sur la question d'une alliance de gouvernement avec le PS.

Dans l'immédiat, la gauche "radicale" se montre incapable de profiter du créneau ouvert par le positionnement politique et la personnalité de la candidate socialiste. Dès lors qu'il ne réussit pas à occuper à lui seul tout le terrain de la gauche et doit donc faire son deuil d'un premier tour unitaire, qui aurait écarté le spectre d'un 21 avril bis, le PS pourrait trouver avantage à ce que le mouvement antilibéral ait son candidat. Celui-ci lui apporterait au second tour l'essentiel de ses voix - toutes les composantes du mouvement en sont d'accord -,
ce qui ne sera pas forcément le cas si celles-ci s'éparpillent dans la nature.

La gauche hors PS a toujours eu beaucoup de mal à sortir de son rôle tribunitien - expression des mécontentements, voire défouloir - pour devenir une force de proposition ou de rénovation aiguillonnant la machine socialiste. Rien n'aurait-il changé depuis l'époque où le PSU, pourtant porteur d'énergie et d'idées neuves, se barrait la route du pouvoir en s'abîmant dans des luttes personnelles stériles et d'insondables querelles idéologiques ? La gauche de la gauche semble condamnée à rééditer l'expérience de Charles Piaget, le leader des ouvriers de Lip, qui renonça à se présenter, en 1974, faute de pouvoir fédérer les mouvements contestataires et autogestionnaires de l'époque.

Sources
Le Monde

Posté par Adriana Evangelizt


Publié dans Présidentielle

Commenter cet article

Thémis 05/12/2006 00:15

Bonsoir, tu consacre ton blog à un vrai personnage, ton blog mérite qu'on lui fasse de la pub puisqu'il présente une alternative à la vie qu'on mène. Donc je vais le mettre en lien sur le lien!

marc d HERE 01/12/2006 13:51

Le PC agit, comme il en a l'habitude, en fonction de ses seuls intérêts de parti..... Il ne fera rien pour favoriser le mouvement anti libéral, dont il se moque.....Naïfs et sans mémoire sont ceux qui attendaient autre chose....

lumiere 28/11/2006 11:56

je vous signale que Royal est conseillée tres specialement par pascal Lamy,ca veux tout dire,Europe americaine,liberalisme a tout crin,voila le projet reel de mme Royal!
Il a raison ,Bové,,le royaume de la betise bat son plein,Jennar ,Bové rejoindrons le mouvement si les partis s'effacent comme signé dans la chartre,, un homme libre et qui ne veux pas être associé a ces erreurs enormes ou mene celui qui rallie les collectifs,Mr Lebon,,il a refusé la primaire,ben voyons,trop simple ,Bové serait passé illico comme le seul candidat populaire et pas seulement auprés des militants au sein des collectifs qui prefere Salesse qui concoit le projet de la 6eme republique et ne peux emmener les gens a voter en masse pour lui
A eux de savoir ce qu'ils veulent,
Nous on veux Bové et faire eclater ces pratiques debiles qui desservent notre elan pour Un autre monde est Possible.
Qui c'est qui veux faire exploser er discrediter ce mouvement du 29 Mai!!

marc d HERE 27/11/2006 16:51

Ce combat est détestable....Mais José Bové peut le mieux le représenter et lui donner le plus d'écho.

Jean-Paul Billon 27/11/2006 05:03

C'est clair, la gauche de la gauche n'a plus d'espoir d'un apport positif. José ferait mieux de porter son combat auprés de Ségoléne, avec laquelle il a quelque chance d'influer sur l'avenir,  que continuer de se ridiculiser avec ces egos nombrilistes du PC ou de la LCR.