Une candidature unitaire antilibérale ?

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Une candidature unitaire antilibérale ?

par Mathieu Ecoiffier

 


Une candidature unitaire antilibérale ? « C’est plié », assurent hier après-midi pas mal de militants trotskistes. A l’université d’été de la LCR à Leucate (Aude), il fallait être jeune ou sacrément optimiste pour y croire encore. Hier soir, la direction de la LCR a conclu la journée en affirmant que les conditions politiques pour un accord autour d’une candidature unique à la gauche de la gauche n’étaient pas réunies.

Hier après-midi, pourtant, Anaïs, piercing à la narine et joues rondes d’adolescente, prend le micro lors du débat sur la question : « J’ai 20 ans, je suis entrée à la Ligue après la lutte contre le CPE. Toute la classe populaire, et surtout la jeunesse, attend cette candidature unitaire. Sinon, il y a aura le vote utile, car les jeunes qui ont voté Chirac en 2002 ne veulent pas recommencer. Une nouvelle génération militante émerge, il ne faut pas la décevoir. Il nous reste huit mois pour aboutir », balançait-t-elle. A la tribune où la LCR a invité ses ex-partenaires nonistes, ont pris place Clémentine Autain (apparentée PCF), une des figures du Collectif d’initiative unitaire national, un membre du PCF, un proche de Jean-Luc Mélenchon, des militants associatifs, et deux dirigeants de la LCR. Mais aucun leader.

« Gênés ». José Bové et Marie-George Buffet n’ont pas fait le déplacement. « L’an dernier, c’était le grand amour, ils étaient venus. Ils sont tous gênés aux entournures. Sur l’engagement à ne passer aucune alliance avec le PS, ils restent flous », martèle Alain Krivine. Mais à la tribune, hier, il n’y avait pas non plus Olivier Besancenot. Il animait sous les canisses un débat sur les banlieues. Tout un symbole. Car, au sein de la LCR, la minorité accuse la majorité et sa direction de ne pas jouer le jeu unitaire. Et d’être dans la surenchère face à ses partenaires. « Maintenant, il ne suffit plus d’être antilibéral, il faut être anticapitaliste, on n’y arrivera jamais ! » se désespérait un militant, lundi soir, à l’issue du discours de Besancenot. Moderne sur les discriminations et l’immigration, le candidat à la présidentielle a fait, pour le reste, de l’Arlette dans le texte : « Le débat n’est pas de savoir s’il y a de l’argent, mais comment on va le prendre », a-t-il lancé.

« Surtout, il n’a pas dit un mot sur le PCF ou l’orientation stratégique pour cette rentrée politique », regrette Christian Picquet de la minorité pro-unitaire. Lui veut croire que l’assurance, réaffirmée jeudi par Besancenot, de se retirer en cas d’accord peut se concrétiser. Car, au sein du Collectif d’initiative unitaire national, ça bouge. « La majorité de la LCR hésite, mais elle voit bien que les formulations avancent, on s’approche d’un compromis acceptable », explique Picquet.

Hier soir, une réunion du collectif a eu lieu à Paris pour s’accorder sur une dernière mouture tenant compte des amendements du PCF et de la LCR. « Le texte dit qu’il ne sera pas négocié un contrat de gouvernement avec le PS sur la base de son projet actuel, qui n’est pas en rupture avec le libéralisme, explique Emmanuel Chanial, jeune délégué LCR. Maintenant, si le PCF et la LCR continuent à se regarder en chiens de faïence, ça va finir en concours de nains de jardin à la gauche de la gauche, c’est absurde. » La mobilisation avait pourtant repris fort. Selon un recensement de la LCR, depuis l’appel à une candidature unitaire début mai, plusieurs milliers de militants ­ issus de syndicats et d’associations (Solidaires, FSU, Attac) ­ ont créé pas moins de 443 collectifs locaux dans 95 départements. Tous se réuniront le 10 septembre lors d’une Assemblée générale à la Plaine-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour valider orientations et mode de désignation.

« Débile ». « Un consensus émerge pour que cela ne soit pas le représentant d’une organisation. Il faudrait vraiment être débile pour caller sur la question du qui », a expliqué hier Clémentine Autain, qui s’y verrait bien. D’autres attendent José Bové : « Il finit le toit végétalisé de sa maison dans le Larzac et reste déterminé. Il sera là le 10 septembre, glisse une de ses fans. Mais en cas de campagne, il devra s’installer à Paris. »

Sources : BELLACIAO

Publié dans Présidentielle

Commenter cet article

maxime 06/11/2006 01:48

Bonjour, quel honte de détruire des OGM on es le seul pays européen qui n\\\'en produit pas et

Pierre 05/11/2006 11:20

bonjour,sur les champs OGM, lors des arrestations, il faut tabasser ceux que l'on arrete.qqs coups de tonfa sur la tete et dans le ventre, il recommence plus

cmoa 04/11/2006 21:00

Vous n'avez encore pas compris que ce sale con vous utilise à des fins qui lui sont personnelles. Il milite avec des terroristes et des voyous, il fait péter sa gueule en s'imaginant qu'il est devenu intouchable. Hier un paysan en colère qui a vu sa ferme envahie par ce con et sa troupe de couilles molles à tiré dans le tas. Peut être un de ces jour bove se prendra un plomb perdu dans la tronche et ce jour là je claquerais une bonne bouteille de pinard pour fêter l'évènement. Une question... pour faire sa baraque en bois, combien d'arbres a-t-il fait abattre sans scrupule?????Défendeur de la nature? mon cul ouais

Cindy 04/11/2006 20:13

Etes-vous toujours aussi fiers de José après toutes ses actions révoltantes envers des agriculteurs qui gagnent leur vie grâce au maïs qu'ils cultivent??!!! Vous êtes écolo et c'est votre choix, mais restez intelligents et respectez les autres et leur travail!!! Ce révolutionnaire à la dernière mode qui inonde une récolte de maïs devrait être condamné sévèrement pour cet acte et aurait dû être plus gravement touché par les balles de cet homme qui défendait ses terres. C'est HONTEUX et je souhaite à M. Bové tout le mal qu'il souhaite lui-même à ces pauvres gens qui gagnent leur pain à la sueur de leur frond.

lumiere 25/10/2006 18:21

Bove est le seul qui peux rassembler tout le monde,le seul qui est de terrain et qui a une vision , une dimension internationale,il est genial avec les journalistes,ne se laissant jamais emmener dans leur systeme de penser caricaturale, et il a du recul ,il est populaire,et les non encartés ne veulent que lui et tout le monde en a assez de la valse hesitation ,sa proposition de primaire avait les merites d'être claire,nette,et limpide,pourquoi donc ceti aussi compliqué de renoncer pour lui, avous de deviner,toujoutrs la même histoire,de decider que on va être au service et rassembler un max de gens pour emmener l'energie des electrons libres a aller en avant,ca urge et les pas encartés en ont assez,tout le monde sait dans les reunion que Bové est le seul qui a ses chances pour nous representer dans ce collectif,alors allonsy!!