Le Rainbow Warrior interdit de mouillage

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Le Rainbow Warrior interdit de mouillage


Marseille. Rainbow Warrior, le navire de Greenpeace, a été déclaré interdit de mouillage dans la rade de Marseille, sous la pression des thoniers qui bloquent totalement l'accès du port de commerce.

Une dizaine de navires thoniers bloquent depuis mercredi 23 août 16h30 les différentes entrées du Port autonome de Marseille, le Vieux-Port et les bassins de Fos-sur-Mer et paralysent le trafic, protestant contre la présence du "Rainbow Warrior II" dans la rade, apprend-on de sources concordantes.
"Nous fermerons le port jusqu'à ce que le "Rainbow Warrior II" soit parti. Le préfet n'y parvient pas depuis ce matin, nous en avons assez d'attendre, c'est un manque de respect pour la pêche", a expliqué Mourad Kahoul, président du syndicat des thoniers méditerranéens.
"Cette histoire devient rocambolesque et aberrante. C'est aux autorités locales, qui ont pris le parti des pêcheurs, de régler maintenant le blocage des Ports de Marseille", a estimé Yannick Jadot, responsable des opérations de Greenpeace.
La préfecture maritime de Toulon avait indiqué plus tôt dans la journée que le navire de l'association, le Rainbow Warrior II, n'était "pas autorisé à mouiller en rade de Marseille à compter de ce jour 15h00". "Un risque avéré de trouble à l'ordre public" a été invoqué.
"Si Greenpeace ne respecte pas cette décision, (l'organisation) sera en infraction", selon la même source. Cette décision a été transmise avant 14h30 par fax au Rainbow Warrior.

Ultimatum des pêcheurs

De leur côté, les pêcheurs thoniers avaient annoncé que si le "Rainbow Warrior II" ne quittait pas son mouillage dans la rade de Marseille mercredi à 15h, ils sectionneraient la chaîne de l'ancre et remorqueraient le navire au large, selon un porte-parole de Greenpeace.
Le président du Syndicat des thoniers de Méditerranée, Mourad Kahoul, a confirmé l'ultimatum, mais refusé de préciser quelles seront les actions menées si le "Rainbow Warrior II" refuse d'obtempérer.
Peu avant 14h, le bateau de l'association avait changé de mouillage à cause d'un problème de courant, ce qui a entraîné une réaction immédiate de la dizaine de navires thoniers qui cernent le "Rainbow Warrior II" depuis le matin et qui se sont rapprochés du trois-mâts de Greenpeace.

La police sur place

Le navire écologiste avait jeté l'ancre au large du port de Marseille, mercredi 23 août, où le bateau de Greenpeace a été immédiatement cerné par des pêcheurs en colère.
Vingt-cinq thoniers, qui s'étaient positionnés à proximité immédiate de la passe d'accès du port, se sont portés à sa rencontre et l'ont bloqué dans la rade marseillaise, à deux kilomètres du port.
Un zodiac de la police était également sur zone.
"Les navires sont tout autour du Rainbow Warrior. Leur objectif est clairement de nous faire partir", a dit Yannick Jadot, responsable des campagnes de Greenpeace France.
Selon lui, une autorisation de mouillage pour effectuer une escale technique avait été accordée mercredi matin par la direction des affaires portuaires de la communauté urbaine Marseille-Provence métropole, qui assure la gestion des ports.

Campagne d'information

Greenpeace mène une campagne d'information sur les dangers en Méditerranée, notamment sur la pêche jugée excessive du thon rouge qui menacerait de provoquer un "effondrement des stocks".
Les militants avaient programmé deux jours de débats avec le public marseillais avant de se rendre à Carthagène, en Espagne.
Le 27 juillet, le navire de Greenpeace avait reçu une autorisation d'accoster dans le Vieux-Port de Marseille. Mais la communauté urbaine Provence-Marseille métropole la lui a "verbalement" retirée vendredi pour des "raisons de sécurité".
Le trois-mâts a également été interdit d'accès au port de commerce de la ville. (Reuters)

Sources : Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans PLANETE EN DANGER

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Têtuniçois 17/08/2008 12:13

Ce type MOURAD KAHOUL  président des patrons pêcheurs de Marseille et par ailleurs élu ump est une racaille homophobe qui traite les membres de greenpeace de bande de "pédés" ; que dirait-il si les membres de greenpeace le traitaient de "bougnoule" ? Le racisme c'est interdit , l'homophobie c'est permis ? A l'ump l'homophobie est génétique et maladive .