Bové rassemble les troupes

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Bové rassemble les troupes

par Eva John, avec Reuters

José Bové se dit prêt à faire campagne commune avec les principaux artisans du "non" de gauche au traité européen. Il ne viserait "pas forcément" la tête du mouvement, assure-t-il

L'ancien leader de la Confédération paysanne José Bové a réaffirmé hier son souhait de mener une campagne collective de la gauche - hors Parti socialiste - pour la présidentielle de 2007. Quelques heures auparavant, Marie-George Buffet a froidement accueilli son offre de candidature formulée pour la première fois ce week-end, considérant que ce choix doit appartenir aux "collectifs d'union populaire". Selon elle, il faut éviter de créer une "frontière dans la gauche" et dépasser le "discours désespérant" qui consiste à dire qu'il ne faut pas parler à un Parti socialiste "hégémonique".

Le PS qui divise
"Je suis disponible pour conduire, collectivement, une campagne capable de créer une dynamique analogue à celle du non au référendum sur la Constitution européenne", a lancé samedi José Bové. Selon lui, les 9% d'intentions de vote dont il est crédité dans un récent sondage CSA/Marianne "montrent qu'une dynamique est possible". Pour l'ancien leader syndical, qui ne se vise "pas forcément" la tête du mouvement, le choix du meneur devra être le fruit d'un "choix collectif".

L'homme du Larzac a confirmé des contacts avec les représentants du PC, de la LCR, des Verts ainsi qu'avec des personnalités du monde associatif et syndical. Fin avril, le porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), Olivier Besancenot, avait appelé José Bové, Marie-George Buffet et Arlette Laguiller (Lutte ouvrière) à s'asseoir autour d'une même table pour discuter d'une candidature unique.

Les anciens "nonistes" semblent pourtant avoir du mal à fédérer leurs efforts, butant notamment sur la question des relations avec le PS. Laurent Fabius est au centre des débats. S'il était candidat, "Bové serait moins motivé pour y aller", note Olivier Besancenot dans Libération. Prié de dire si Fabius pourrait, au cas où il ne serait pas désigné par le PS, être le candidat des antilibéraux, José Bové a répondu que "la question n'est pas à l'ordre du jour"...

Sources : L'Express

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Présidentielle

Commenter cet article