Bové et Mamère réclament la suspension

Publié le par Adriana EVANGELIZT

OGM: José Bové et Noël Mamère réclament la suspension du projet de loi

José Bové et le député (Verts) Noël Mamère ont réclamé jeudi soir à Bègles (Gironde) la "suspension" du projet de loi sur les organismes génétiquement modifiés (OGM).

Ils estiment que le dossier sera "au coeur" des campagnes électorales de 2007.

"On demande que le gouvernement suspende le projet de loi", a déclaré José Bové lors d'une conférence de presse organisée dans le cadre d'une soirée de soutien aux Faucheurs volontaires dans la ville de Noël Mamère.

"Pas la peine d'attendre de le promulguer pour le retirer ensuite", a raillé l'ex-leader syndical en référence au contrat première embauche (CPE), rappeler que les faucheurs volontaires réclament depuis 1997 "un moratoire pour un débat public".

Noël Mamère a également demandé "la suspension" du projet de loi, déjà adopté en première lecture par le Sénat le 23 mars.

Pour le député, il s'agit d'une "vaste supercherie": "on veut nous faire croire qu'on va encadrer les expérimentations OGM en champs ouverts alors même qu'on facilite encore un peu plus la tâche des semenciers", a-t-il affirmé.

"Si, comme nous l'espèrons, la gauche revient au pouvoir dans le cadre d'une alternative, il faudra qu'elle s'engage à abroger cette loi si toutefois elle est votée par l'actuelle majorité", a poursuivi le député-maire de Bègles.

"Nous demanderons des engagements aux candidats à la présidentielle et aux législatives", a ajouté M. Mamère.

Pour les deux faucheurs volontaires, les OGM seront "au coeur" des débats en 2007. Les candidats "devront dire de manière très claire ce qu'ils comptent faire dans les six mois après leur élection", a estimé M. Bové.

Les deux hommes ont par ailleurs appelé à la poursuite du combat des Faucheurs volontaires. Et ce, "malgré les risques de prison et les pressions financières", a assuré José Bové.

José Bové s'en est par ailleurs pris à l'opération menée jeudi près de Toulouse par l'Association générale des producteurs de maïs (AGPM), où des agriculteurs ont réalisé devant la presse une démonstration de semis de maïs OGM.

L'ancien porte-parole de la Confédération paysanne a dénoncé "un coup de force" et d'une "opération de communication". Selon lui, "la FNSEA, à travers ces producteurs de maïs aux abois (...) essaye d'imposer les OGM avec l'appui des laboratoires industriels".

Sources : VOILA FR

Posté par AdrianaEvangelizt

Publié dans OGM

Commenter cet article