La honte des élevages de poulets

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Nous vivons dans un monde où il n'y a plus aucun respect pour la vie animale. Quand on lit l'article ci-dessous, on a tout compris. J'ai d'ailleurs posé un article sur un autre de mes blogs qui s'intitule "L'oubli animal"   qui explique encore mieux le problème. Quand on voit ce que subissent ces pauvres bêtes qui n'en sont réduites qu'à être un objet de marchandage pour finir dans l'assiette, je suis dégoutée. Et je deviens de plus en plus végétarienne...

Elevage de poulets : surpopulation et sélection génétique montrées du doigt

par Cécile Fargue

La PMAF (protection mondiale des animaux de ferme) dénonce les conditions d’élevage intensif des poulets élevés pour leur chair, le bien-être animal étant le parent pauvre de cet élevage à grande échelle.

En France, chaque année, plus de 700 millions de poulets sont tués dans les abattoirs pour la consommation de leur chair. Des dizaines de millions meurent avant d’avoir atteint l’âge d’abattage, de maladie ou de défaillance cardiaque.


Cette mortalité s'explique en grande partie de part la sélection génétique qui a privilégié les races à croissance rapide. Les poulets de chair industriels atteignent aujourd'hui leur poids d’abattage deux fois plus vite qu’il y a 30 ans, et entre 1925 et 1998, la durée de production d'un poulet de 1 500 g est passée de 120 à 33 jours ! Cet accroissement de la vitesse de croissance a favorisé le symptôme dit de 'mort subite'. Le cœur ne pouvant suivre le développement trop rapide du corps, tous les ans, des millions de poulets succombent des suites de faiblesses cardiaques avant même d’atteindre leur âge d’abattage de 6 semaines.


Cette croissance rapide entraîne également l'apparition de plusieurs pathologies de l'appareil locomoteur. Les pattes ne suivant pas la même évolution que celle du corps, elles fléchissent sous le poids, ce qui engendre des déformations de ces dernières ou des paralysies. Dans le pire des cas, les poulets peuvent à peine marcher et ne se déplacent qu’en rampant. Certains meurent de faim et de déshydratation car ils n’arrivent tout simplement pas à se rendre aux points d’eau et de ravitaillement.


L'INRA (Institut National de Recherche Agronomique), qui est à l’origine de la souche de poulets à croissance rapide, reconnaît lui-même ces problèmes majeurs et préconise une augmentation forcée de l'activité physique des poulets (1).

Outre la sélection génétique, la surpopulation provoque également de sérieux problèmes de bien-être. Dans bon nombre d’élevages industriels, on ne compte pas moins de 22 poulets, ou plus, par m2. Faute de place, ils passent quasiment tout leur temps assis sur une litière à même le sol. Ce contact prolongé, sur des litières souvent humide, provoque des ampoules, des brûlures ou encore des ulcères. Non seulement ces blessures sont douloureuses mais elles peuvent causer également une infection généralisée (par le biais de la circulation sanguine), provoquant une inflammation des articulations.

En France, et plus largement en Europe, il n’existe actuellement aucune législation spécifique à l’élevage des poulets de chair. Pourtant cet élevage est un secteur agricole important, avec l'abattage de plus de 4 milliards de poulets chaque année au niveau européen, soit un nombre supérieur au cumul de tous les autres élevages.


Pour répondre à ce vide juridique, une directive de la Commission européenne est actuellement en discussion entre les états membres. Bien qu'étant un premier pas en faveur de la prise en compte du bien-être animal, cette directive ne tend ni à régler véritablement la question de la surpopulation (elle autorise jusqu'à une vingtaine de poulets par m2) ni à résoudre les problèmes liés à l'utilisation des souches de poulets à croissance rapide (la question n'y étant pas évoquée).

(1) L'activité physique (obligation de franchir des obstacles journalièrement, utilisation de perchoirs, etc.) améliorerait la qualité des os et diminuerait l'apparition des problèmes locomoteurs.

Sources : Univers Nature

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Elevage industriel

Commenter cet article

Moka Ponyle 21/01/2007 23:29

Salut,

Super site ! Vas-y José montre leur ce que tu vaut ! Il faut se mobiliser et prendre des voix à ségolène , la représentante de la gauche molle! Vive le communisme! Allez José !

Collectif citoyen 08/04/2006 20:02

Bravo pour ce blog ! Nous avons un peu arrangé le slogan "Un autre monde est possible"; nous nous disons "un autre monde est déjà là". Mais l'intention est la même. Bien sympathiquement à toi